RelaxNews

Les robots au coeur de nos voyages dès 2020

Les robots au coeur de nos voyages dès 2020

Photo RelaxNews

Près de 66% des voyageurs accepteraient de se satisfaire des robots lors de leurs escapades, conscients que ces derniers deviendront de nouveaux interlocuteurs d'ici 2020, rapporte une vaste étude internationale publiée mercredi 9 mars. 

Tendance couverte par le salon du tourisme international à Berlin qui démarre ce 9 mars, les robots incarnent le visage du tourisme de demain. Une nouveauté qui tient de l'ordre de la science-fiction pour les Européens, moins pour les Asiatiques. Le Japon a déjà inauguré un hôtel où le personnel est totalement robotisé. Il existe aussi déjà des robots concierges au pays du soleil levant. De l'autre côté de la planète, en Californie, une branche du groupe Starwood Hotels & Resorts a engagé une machine intelligente comme majordome.

L'invasion des robots au moment des vacances pourrait être mal perçue, mais en réalité il n'en est rien. Près des deux tiers des répondants de cette étude accepte l'innovation. Des différences se dessinent selon les nationalités. Allemands et Français se montrent les plus réfractaires tandis que 92% des Chinois n'ont aucun grief quant à cette avancée.

Aux yeux des voyageurs non-récalcitrants, les robots présentent plusieurs atouts: ils traitent plus facilement les données que les humains (81%), ils peuvent interagir dans différentes langues (79%), ils ont une meilleure mémoire (76%). Enfin, les robots disposent forcément de plus d'énergie (81%).

Encore de la place pour les humains

Pour autant, si les robots devaient prendre le pouvoir au moment de nos congés d'ici 2020, d'après les perspectives de l'enquête, les humains ne disparaitront pas pour autant derrière le comptoir d'un hôtel au moment de l'enregistrement.

«Les consommateurs ne veulent pas que les humains disparaissent du paysage, car ils craignent de façon légitime que cela entraîne des lacunes en termes de nuances culturelles, d'humour et d'ironie et que l'expérience de vacances devienne ainsi trop impersonnelle. Si nous ne respectons pas la volonté de garder une présence humaine, nous pourrions générer de la robophobie alors que dans les faits, la technologie peut considérablement améliorer l'expérience de vacances si elle est correctement utilisée», explique Richard Singer, Président européen de Travelzoo, qui a mené l'étude.

Cette étude été menée auprès de 6211 voyageurs au Brésil, au Canada, en Chine, en France, en Allemagne, au Japon, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Aussi sur Canoe.ca:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos