Jean-Sébastien Marsan
Agence QMI

Les voyageurs solitaires oubliés par les grossistes?

Industrie du tourisme - Les voyageurs solitaires oubliés par les grossistes?

Photo Fotolia

Jean-Sébastien Marsan

L'industrie du tourisme n'épargne par les voyageurs solitaires doivent payer un supplément pouvant atteindre jusqu'à 100 % du prix du forfait tout inclus pour les couples.

Nathalie Bergeron, une célibataire de Montréal, a dû renoncer au mariage d'une amie sur un bateau de croisière à cause du prix de la cabine : environ 1200 $ en occupation double, 2500 $ pour une personne seule. «Je n'ai pas fait le voyage parce que je n'avais pas les moyens de voyager seule», a-t-elle affirmé.

«Ça m'est arrivé une seule fois, pour un voyage à Cuba, qu'on me propose une chambre sans supplément pour personne seule», a ajouté cette trentenaire qui voyage fréquemment.

«C'est presque de la discrimination, a-t-elle indiqué. On me demande tout le temps : «Pourquoi vous voyagez seule?» Dans une société où il y a tant de célibataires, je ne comprends pas pourquoi les personnes seules sont traitées en parias quand elles veulent voyager.»

La logique industrielle

Le grossiste (ou voyagiste) élabore des forfaits tout compris en négociant avec des transporteurs et des hôtels, toujours en présumant que les touristes réserveront en duo. Une personne qui voyage seule paiera un supplément parce qu'elle laisse une place inoccupée dans les transports et à l'hôtel.

Les excursions les plus dispendieuses, pour les solos, demeurent les croisières. «Le supplément pour les gens qui voyagent seuls est parfois de 75 %, mais d'habitude c'est le double», a expliqué la propriétaire de l'agence Destinations Croisières, Sophie Monnier.

«En haute saison, les compagnies de croisières et les hôtels sont sûrs de remplir leurs cabines et leurs chambres, a-t-elle dit. L'industrie ne ressent pas le besoin de proposer des rabais ou des tarifs préférentiels pour les gens seuls.»

Un marché à exploiter

En moyenne, 35 % des ménages des pays développés sont constitués d'une personne seule. Au Québec, environ 43 % de la population québécoise de 15 ans et plus déclarait vivre sans conjoint en 2011.

«Les voyages individuels représentent un segment de marché en croissance», estime le Réseau de veille en tourisme de la Chaire de tourisme Transat, de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal dans une analyse publiée le 6 mars dernier.

Par exemple, le nombre des voyageurs solitaire à destination du Québec, pour plus d'une nuit, a crû de 55 % en 2006 et de 21 % en 2011 bien que les arrivées totales diminuaient, selon le Réseau de veille.

Des grossistes réduisent ou éliminent désormais les suppléments pour voyageurs solitaires. En 2010, Norwegian Cruise Line est devenue la première entreprise de croisières à exploiter un navire avec 128 cabines-studio pour les voyageurs individuels, et ce, sans supplément.

«Une compagnie qui m'offre de voyager sans supplément est une compagnie vers laquelle je retournerai, a fait savoir Nathalie Bergeron. Et j'en parlerai à tous mes amis célibataires !»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos