Bulletin Voyage
Abonnez-vous!
 





Vous êtes ici : canoe.ca > Voyages > S'Échapper
 
Du camping urbain au glamping
Marie-Julie Gagnon - Collaboration spéciale
© The Hoopoe Yurt Hotel


 
camping - Du camping urbain au glamping
Alors que, d’un côté, le camping urbain s’affirme comme le compromis parfait pour les citadins ne possédant pas de voiture, le camping de luxe gagne en popularité aux quatre coins du monde. Prendre le métro avec sa tente sous le bras? Lire un bouquin avachi sur un canapé dans un abri en toile? Pas de doute, le camping n’est plus ce qu’il était!

Évoquez la possibilité de dormir dans Central Park et je pense immédiatement à Robin Williams et à Jeff Bridges dans le plus simple appareil dans The Fisher King. Aussitôt, l’idée de planter une tente dans ce parc mythique – même habillée – m’apparaît à la fois saugrenue, légèrement effrayante et... drôlement sympathique! L’invitation qu’a lancé «pour vrai» le New York City's Parks and Recreation Department aux New-Yorkais s’inscrit dans le cadre du programme «Urban Park Rangers», dont le but est de faire le pont entre les habitants de la ville et la nature. D’ici septembre, quelques centaines de citadins auront ainsi roupillé sous la tente gratuitement le samedi soir dans certains parcs de la Grosse Pomme.

Plusieurs activités sont proposées: canoë et kayak au Pelham Bay Park, observation d’oiseaux au Prospect Park Wollman Rink, camping en famille à Central Park ou au Willowbrook Park… Pour que tous aient une chance égale, une loterie a été mise en place. Pendant 24 heures à des dates définies, les gens souhaitant vivre l’expérience du camping en ville peuvent s’inscrire en ligne. Cinq arrondissements participent à l’aventure: Bronx, Brooklyn, Manhattan, Queens et Staten Island.

Si New York se limite aux week-ends, Berlin offre son Tentstation aux adeptes tous les jours depuis avril dernier (jusqu’en octobre). À cinq minutes à pied de la gare centrale «Hauptbahnhof», cette oasis de verdure au centre de la métropole allemande se trouve sur le site d’une ancienne piscine en plein air. Il est même possible de louer la cabane du maître-nageur!

Le luxe au rendez-vous
Loin des villes, le camping de luxe, rebaptisé «glamping», a fait couler beaucoup d’encre au cours des deux dernières années. «Si la tendance est relativement nouvelle aux États-Unis et en Europe, tirant son origine de l’Afrique et même de la Thaïlande, les sites de glamping commencent à émerger partout, avec des tentes préinstallées, des tipis et des yourtes qui surgissent du paysage comme des bateaux sur un océan», écrivait The New York Times en septembre 2008.

Dans un article intitulé Let’s go glamping publié en juin dernier, Madame Figaro décrypte à son tour le phénomène: «Une philosophie minimaliste, discrète et respectueuse de l’environnement, à l’opposé des constructions pharaoniques de Macao, de Shanghai ou de Dubaï. 
Des décennies qu’on nous vendait du «retour aux sources», de «l’escapade de Robinson», tout en garantissant air conditionné, wi-fi jour et nuit et carte d’oreiller à dormir debout. Dans sa course à la modernité, l’homme en avait oublié l’essentiel: le goût de l’aventure et l’esprit de découverte que procurent une couche à la belle étoile campée sur un site 100 % nature»…

Au Québec, la SEPAQ s’est dotée de tentes Huttopia l’été dernier afin d’offrir la formule «prêt-à-camper» (en plus des tentes-roulottes). À partir de 102 $ la nuit, il est possible de dormir dans l’une des 130 tentes montées dans l’un des 14 parcs nationaux participants jusqu’en octobre. Équipées de grands lits, d’une cuisinette, d’une table et même d’un chauffage d’appoint, ces habitations comptent deux chambres et permettent d’accueillir jusqu’à cinq personnes (quatre adultes maximum).

Peu d’endroits font cependant autant rêver que le Serengeti Migration Camp (www.elewana.com/smc/serengeti-migration-camp.html), en Tanzanie, où d’immenses pavillons de toile permettent aux voyageurs de se reposer entre un safari, une séance de bronzette près de la piscine et un repas copieux sous les étoiles. Du grand luxe dans un lieu dont la seule évocation fait immédiatement rêver.

Dormir dans des yourtes

Tentes et tipis ne vous semblent pas assez exotiques? Optez pour la yourte! En plein cœur du Parc Naturel du Haut-Languedoc, dans le Département de l’Hérault, Voix du ruisseau (voixduruisseau.org) convie les voyageurs à séjourner dans l’une de ses deux yourtes. Lit et canapé sont inclus.

En Espagne, The Hoopoe Yurt Hotel (www.yurthotel.com) représente tout à fait l’esprit «glamping». Mentionné dans la liste des «10 Best Eco Travel Holidays» du magazine Marie Claire anglais en 2008 ainsi que dans plusieurs autres médias, l’endroit permet d’être proche de la nature sans pour autant négliger le style!

Plus près de chez nous, plus précisément à Carleton-sur-mer, deux jeunes entrepreneurs ont eu l’idée de créer des yourtes flottantes. Raphaël Guité et Ian Barriault ont choisi d’installer leurs radeaux sur le barachois de Carleton à cause de l’absence de vagues. Écologiques et confortables, les yourtes posées dessus sont meublées et permettent une autonomie totale.

«C’est la toute première chose qui a capté notre regard à notre arrivée à Carleton en début de semaine : «mais qu’est-ce que c’est que ces trucs installés sur l’eau?”, écrit Valérie Thibault alias La Déroutée dans son blogue du même nom. Le projet est unique en son genre : deux yourtes flottantes (d’inspiration mongole, nous dit-on) offrent une forme originale d’hébergement pour les gens à la recherche d’un endroit relaxant et d’une expérience hors du commun.»

Qui a encore envie de camping sauvage après ça?

(Sources : blogs.nationalgeographic.com, www.nycgovparks.org, goglamping.net, madame.lefigaro.fr, laderoutee.com, travel.nytimes.com, www.sepaq.com, www.quebec-rando.com, www.lesaffaires.com, www.trendsnow.net, news.autoplus.fr)




 
Tous les textes Québec
À la une
    [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]