Catherine Montambeault
Journal de Montréal

Traversiers à éviter pour les touristes

Deux événements impliquant des explosifs sont survenus récemment dans une région prisée des Québécois - Traversiers à éviter pour les touristes

Une explosion sur un traversier de Barcos Caribe a fait une vingtaine de blessés le 21 février dernier.  Photo d'archives, AFP

Catherine Montambeault

Le gouvernement canadien conseille aux voyageurs d'éviter les traversiers touristiques de Playa del Carmen, au Mexique, après que deux événements impliquant des engins explosifs soient survenus dans cette région prisée des Québécois.

Sur son site destiné aux voyageurs, le gouvernement fédéral indique que les autorités mexicaines ont découvert un engin explosif jeudi sur un bateau opérant à partir de Playa del Carmen.

L'ambassade américaine à Mexico fait quant à elle état de plusieurs engins.

Selon des médias américains, le ou les explosifs se trouvaient sur un traversier de Barcos Caribe, l'une des trois entreprises qui effectuent la liaison entre l'île de Cozumel et Playa del Carmen.

L'embarcation était immobilisée à environ 450 mètres du quai de Cozumel et était hors service depuis 10 mois, a précisé à des médias locaux le procureur de l'État de Quintana Roo, Miguel Angel Pech.

Pas un « bris mécanique »

Il y a à peine deux semaines, un explosif a détoné sur un traversier de la même compagnie alors que des passagers en débarquaient à Playa del Carmen. Une vingtaine de personnes, dont des touristes, ont été blessées.

« Ç'a résonné tellement fort, j'ai fait un moyen saut. Les jours d'après, j'avais de la misère à dormir parce que j'entendais encore la détonation », raconte la Québécoise Lola Gaudreault, qui était sur la plage tout près du quai de Playa del Carmen lors de l'explosion.

Peu après, les autorités locales ont indiqué que les analyses préliminaires laissaient croire que l'explosion était attribuable à « un problème mécanique ».

Le gouvernement canadien et l'ambassade américaine affirment maintenant que la déflagration a plutôt été causée par un engin explosif.

Dans la foulée de ces événements, les activités de Barcos Caribe ont été suspendues et des lignes de croisière ont annulé les excursions faisant appel aux services de traversiers dans ce secteur.

Sécurité renforcée

Une Québécoise qui vit à Cozumel depuis trois ans et qui emprunte le traversier chaque semaine pour aller à Playa del Carmen raconte que la sécurité a été renforcée au cours des dernières semaines.

« Il y avait déjà de la sécurité civile, mais là, il y a beaucoup plus de militaires armés autour des quais », constate celle qui préfère ne pas être nommée pour ne pas inquiéter sa famille.

Selon l'agence de presse Reuters, un groupe de trafiquants de drogue a revendiqué l'explosion du mois de février. L'entreprise Barcos Caribe appartiendrait au père de Roberto Borge, un ancien gouverneur de l'État de Quintana Roo qui fait actuellement face à des accusations de corruption.

- Avec TVA Nouvelles



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos