AFP

Zika: les aéroports plus surveillés?

Zika: les aéroports plus surveillés?

L'usage de insecticides lors de la désinfection des cabines est notamment cité.Photo Fotolia

MONTRÉAL - L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a appelé jeudi à une surveillance accrue des aéroports de la planète afin de freiner la diffusion de l'épidémie du virus Zika qui a gagné récemment la Chine.

L'agence onusienne établie à Montréal a indiqué dans un communiqué que «la lutte contre l'épidémie se concentre actuellement sur la réduction dans les aéroports (contrôle vectoriel) de la population de moustiques Aedes Aegypti qui transmettent le virus».

L'OACI a encouragé les transporteurs aériens à suivre les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant l'usage des insecticides pertinents lors de la désinfection des cabines.

«Les acteurs du secteur aérien vont continuer à partager des informations et des ressources pour aider à contrôler l'épidémie» dont la diffusion, au-delà de son foyer sud-américain, est accélérée par les déplacements par avion, a assuré l'agence de l'ONU.

L'OACI agit en «étroite collaboration» avec les autorités sanitaires américaines, l'Association internationale du transport aérien, le Conseil international des aéroports et d'autres agences de l'ONU concernées, a-t-elle indiqué.

Le Zika provoque dans la plupart des cas des symptômes grippaux bénins (fièvre, maux de tête, courbatures). Mais il est aussi soupçonné, quand il touche une femme enceinte, d'entraîner une grave malformation congénitale du foetus, la microcéphalie (réduction du périmètre crânien, néfaste au développement intellectuel).

Le Brésil est à ce jour le pays le plus touché au monde par cette épidémie, suivi de la Colombie. Le virus a toutefois gagné les autres continents de la planète, via des personnes infectées lors de voyages en Amérique latine.

Aussi sur Canoe.ca:


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos