Le parc national des Îles-de-Boucherville s'ouvre au camping

Montérégie - Le parc national des Îles-de-Boucherville s'ouvre au camping

Dans le parc national des Îles-de-Boucherville Photos Sépaq

Simon Diotte

Dernière mise à jour: 13-06-2013 | 15h56

Du camping à la belle étoile, en plein milieu du Saint-Laurent, à seulement 10 minutes du centre-ville de Montréal, ça sera désormais possible dans l'archipel du parc national des Îles-de-Boucherville. À partir du 21 juin, cette aire protégée accueillera, pour la première fois de son histoire, des visiteurs pour la nuit.

Ce nouveau camping, avec 15 sites asphaltés, ne sera accessible qu'aux véhicules motorisés (VR). Il se situe à l'entrée du parc, à un jet de pierre de la guérite, dans un stationnement existant qui se trouve au cœur d'une zone à forte densité de cerfs de Virginie. Les lieux seront complètement réaménagés sous peu, en y ajoutant de la verdure et les services (eau et électricité), pour en faire un camping digne du standard des parcs nationaux.

Selon André Despatie, directeur du parc, cette nouvelle infrastructure répond à une demande des utilisateurs de VR qui possèdent peu d'endroits pour passer la nuit en zone urbaine.

«Ce camping attirera la clientèle habituelle des parcs nationaux, mais aussi des VRistes qui viennent à Montréal pour visiter de la famille ou des amis», affirme-t-il. Avis aux intéressés: la durée du séjour sera limitée à 14 nuits. «Donc, il n'y aura pas de festival de petites lanternes chinoises ici», assure M. Despatie. Ouf!

Place aux tentes l'an prochain

Ce camping à VR est le prélude à l'ouverture, en 2014, d'un deuxième terrain de camping de 75 emplacements, incluant 25 tentes Huttopia - la formule camping tout-inclus des parcs nationaux -, sur l'île Grosbois, tout près du site archéologique amérindien. Dans cette deuxième phase, exit les VR, les sites de camping ne seront même pas accessibles en voiture.

«Pour s'y rendre, les gens devront parcourir un sentier de 2 km, à vélo ou à pied, ou encore embarquer dans un kayak et suivre notre circuit nautique balisé», explique M. Despatie. Alors, comment transportera-t-on son attirail de campeur? À l'aide d'une remorque. «On offrira aussi un service VIP avec transport de bagages», explique Rémi Chapados, responsable du service à la clientèle.

Les joyeux insulaires profiteront d'un petit dépanneur, d'un bloc sanitaire avec douche, d'une aire de jeux, d'un amphithéâtre pour des activités de découverte, d'un espace commun pour faire des soupers de groupe et d'une section hamac sur les berges. Sur place, les campeurs pourront en profiter pour arpenter le très beau réseau cyclable sur les îles (21 km), qui nous mène à la découverte d'étonnants chenaux.

M. Despatie veut faire de son territoire la porte d'entrée dans le réseau des parcs nationaux du Québec. «On souhaite initier le maximum de Montréalais au plaisir du camping en organisant des ateliers d'initiation, avec équipement fourni, visant plus particulièrement les jeunes en déficit de nature», dit-il. Une fois convertis, ces gens partiront à la découverte des autres parcs, espère-t-il.

À plus long terme, le directeur rêve d'offrir la possibilité aux Montréalais sans voiture de partir en camping...en métro! «Des discussions sont en cours avec des partenaires pour mettre en place une navette fluviale en partance du Vieux-Port de Montréal», dit-il. Boulot-métro-camping, un concept qui promet.

Info ou réservation: sepaq.com/pq/bou/


Vidéos

Photos