Parc des Monts-Valin: entre monts et merveilles

Saguenay-Lac-Saint-Jean

Sur les sommets du nouveau sentier des Pics Parc national des Monts-Valin, Jean-Charles Fortin, Sépaq

Frédérique Sauvée - Collaboration spéciale - CANOE.CA

Populaire pour ses fantômes de neige et ses momies glacées en hiver, le parc national des Monts-Valin offre depuis cet automne une longue randonnée pour faire découvrir les merveilles de son territoire lors de la belle saison. Le sentier des Pics traverse le parc sur une vingtaine de kilomètres et parcourt ses plus beaux points de vue.

À 920 mètres d’altitude, le vent souffle fort au sommet du pic de la Hutte. Deuxième point culminant du parc des Monts-Valin, le pic offre une vue à 360° sur les sommets qui forment cet imposant massif du Saguenay. La végétation autour du belvédère se fait rase pour éviter d’être exposée aux bourrasques glacées qui soufflent à longueur d’année. La toundra environnante annonce la couleur: nous sommes bel et bien aux frontières du Nord.

Le sentier des Pics est le plus bel itinéraire pour accéder au pic de la Hutte. La toute nouvelle randonnée propose de parcourir un long sentier d’une vingtaine de kilomètres qui traverse le parc du nord au sud. À un rythme de marche modéré, il est possible de réaliser le parcours en deux jours avec une nuitée en refuge à mi-chemin.

Surplomber le fjord

En partant du secteur du lac Martin-Valin, la randonnée des Pics va de point de vue en point de vue, alternant côtes et descentes tout au long du parcours. Le premier jour, on sillonne un plateau boisé et son dédale de lacs sauvages. On pénètre par la suite dans la vallée des fantômes pour dîner à l’abri dans le relais du même nom.

Le sentier devient ensuite une succession de petites et de grandes montées et mène à la série de pics escarpés qui lui donnent son nom. Au pic Dubuc, on surplombe la région et le fjord qui creuse la vallée au loin, au pic du Grand Corbeau, on fait une pause du haut de la plate-forme d’envol des parapentes. Au pic de la Tête de Chien, on aperçoit les falaises et les dédales de la rivière Valin en contrebas.

À mi-chemin de la randonnée, après une belle journée d’une douzaine de kilomètres, le refuge Le Pionnier est une solution d’hébergement idéale pour un repos bien mérité. Pouvant accueillir huit personnes, il offre un confort rustique (sans eau ni électricité) en haut d’un lac et d’une vallée boisée.

Sans bagages

Pour une randonnée sans contrainte, le parc des Monts-Valin offre le service de navette entre le centre de découvertes et de service (CDS) et le départ du sentier. Les bagages peuvent aussi être transportés jusqu’aux lieux d’hébergement tout au long de la randonnée. Un atout intéressant pour les marcheurs qui souhaitent randonner léger.

Dernière astuce du parc, un service de boîte à lunch, concocté par un traiteur de la région, permet de se régaler sur les sentiers.

***

Conseils de route:

- Pour les randonneurs occasionnels et intermédiaires, il est conseillé de parcourir le sentier à partir du secteur du lac Martin-Valin en direction du CDS.

- Pour les randonneurs experts, il est possible de prendre le parcours inverse et partir du CDS. La randonnée offre alors des montées exigeantes lors de la première journée de marche.

- Pour les randonneurs à la journée, il suffit de laisser son auto au stationnement du pic de la Hutte et d’emprunter le sentier Dubuc jusqu’à son sommet (environ 5 heures aller-retour) pour un parcours sur les hauteurs du parc.

- Info: www.sepaq.com/pq/mva/



© Parc national des Monts-Valin, Jean Tanguay, Sépaq


Vidéos

Photos