24 heures western dans les Appalaches

Chaudière-Appalaches

La pourvoirie Daaquam propose une forfait à cheval «24 heures en Refuge Boréal»  

Frédérique Sauvée - Collaboration spéciale
Photos: Pourvoirie Daaquam

Dans les terres les plus reculées de Chaudière-Appalaches, il est possible de partir à l’aventure à cheval pour découvrir les paysages sauvages qui bordent la frontière américaine.

La pourvoirie Daaquam propose un forfait de deux jours à ceux qui ont envie de vivre une randonnée avec nuit en refuge. Chapeau de cowboy sur la tête et rênes en main, c’est l’ambiance western garantie!

«S’il est important d’avoir déjà eu une première expérience avec les chevaux avant de se lancer dans cette expédition, aucune grande compétence n’est requise pour l’apprécier», a précisé Mary-Claude Croteau, la guide en chef de la pourvoirie Daaquam.

À Saint-Just-de-Bretenières, les deux cowgirls de l’écurie accueillent les apprentis cavaliers pour faire connaissance avec la horde de chevaux de race Paint Horse. Lady, Cheyenne, Sunny et Flamme sont nos compagnons de voyage pour les 24 heures à venir.

Jour 1

Après la toilette des chevaux et la mise en selle du matériel, nous prenons place sur notre monture et partons en direction de la forêt de conifères. On croise rapidement des traces fraîches de cerfs venus se balader près de la rivière Daaquam.

« Les pluies diluviennes des derniers jours ont fait sortir la rivière de son lit, racontait notre guide. Nous la traversons habituellement avec les chevaux, mais nous ne tenterons pas notre chance aujourd’hui! » Nous longeons la rivière pendant plusieurs kilomètres sur un étroit chemin de terre pour pénétrer tranquillement dans la forêt boréale du parc des Appalaches.

Au rythme des chevaux, on se dandine sur leur dos sous une belle chaleur estivale. Après avoir parcouru une douzaine de kilomètres, nous arrivons au refuge, quelques heures avant le coucher du soleil. Situé tout au bout du sentier, le chalet en bois rond borde un petit lac caché aux confins de la tourbière.

Le soir arrivé, nos hôtes préparent un souper « western » aux saveurs québécoises avec tourtière de cerf dégustée au coin du feu de camp. La soirée passe tranquillement à écouter les guides raconter des histoires de chevaux sauvages et des légendes indiennes jusqu’à ce que les yeux se fassent lourds.

Jour 2

Le soleil à peine levé, nous sautons dans nos bottes pour nourrir les chevaux affamés. Ils vont jusqu’à passer la tête à travers la fenêtre ouverte de la cuisine pour quémander une tartine de beurre d’arachide.

La chevauchée se poursuit en direction des lignes américaines. Le chemin traverse des clairières bordées de lacs oubliés, jusqu’à la ligne de démarcation entre les deux voisins nord-américains. Large d’une demi-douzaine de mètres, cette entaille sans arbre dans la forêt dévoile au loin l’arrivée discrète d’une femelle orignal attirée par la présence de congénères herbivores.

Nous reprenons notre route dans ce paysage de taïga pour prendre le chemin du retour. Pas besoin d’explications, les chevaux ont bien compris que l’on rentre à la maison. Ils allongent le pas jusqu’à l’écurie où ils retrouvent le reste du troupeau.

INFO

Forfait 24 heures en Refuge Boréal - Randonnée équestre de 24 à 30 kilomètres - Départ à 14h et retour le lendemain à 11h30 - Prix: 210$ par cavalier - www.daaquam.qc.ca

 


Vidéos

Photos