Véronique Leduc / Agence QMI
Agence QMI

3 îles pour plonger dans le fleuve

3 îles pour plonger dans le fleuve

Voir en plein écran

Véronique Leduc / Agence QMI

Quand on ne vit pas à ses côtés, on oublie parfois toute la beauté de ce fleuve qui traverse la province et qui accueille des paysages, une flore et une faune uniques. Trois jours suffisent pourtant pour (re)plonger dans cette atmosphère fluviale propre à chez nous grâce à trois îles du Bas-Saint-Laurent.

«Sans le fleuve Saint-Laurent, le Québec se serait développé bien autrement», rappelle à ses quelques passagers le capitaine Jean-Pierre Rioux pendant une sortie d'observation de loups-marins près de Trois-Pistoles avant d'ajouter qu'on trouve dans ce cours d'eau 25% de l'eau douce de toute la planète. «Nous avons une richesse incroyable de laquelle il faut prendre soin!»

Voilà qui met la table pour les jours à venir.

L'île historique: l'île aux Basques

Quelques minutes plus tard, son beau navire bleu nous dépose sur l'île aux Basques, un endroit dont l'histoire témoigne d'une autre richesse du fleuve: sa faune. «Ici, nous trouvons des phoques, des poissons, des palourdes, des crevettes, des bélugas... Tout ce qu'il y a dans l'océan quoi! C'est pour ça que nous sommes fiers de parler de «mer» pour désigner cette partie qui est en fait un estuaire maritime composé d'un mélange d'eau douce et salée.»

Il y a plus de 400 ans, ce sont plutôt les baleines qui intéressaient les pêcheurs basques qui faisaient fondre leur gras pour vendre en Europe l'huile qui en résultait et qui servait à l'éclairage. Aujourd'hui, plusieurs vacanciers débarqueront d'ailleurs sur l'île aux Basques pour faire la visite guidée qui les mènera jusqu'aux fours dont on se servait à l'époque.

Si on veut étirer le séjour sur cette île reconnue comme un des premiers lieux canadiens de contact entre Européens et Amérindiens, on choisira de passer la nuit dans un des trois chalets rustiques qui offrent un confort minimal, mais une vue grandiose sur le fleuve, les montagnes de Charlevoix d'un côté et les vallées de Trois-Pistoles de l'autre.

Fait rare à notre époque: ici, ce n'est pas l'humain qui décide des horaires, mais la nature. Dans la région, les marées ouvrent ou ferment le chemin entre la côte et les îles. Ce n'est donc qu'en milieu d'après-midi le lendemain que l'eau est en quantité suffisante pour nous permettre de revenir sur la terre ferme à bord du bateau du capitaine Rioux.

L'île habitée: l'île Verte

Après avoir fait la route entre Trois-Pistoles et la municipalité de L'Isle-Verte, il faut prendre le traversier avant que l'eau ne se retire de nouveau, direction l'île Verte cette fois, non loin de la côte. Là, entre les maisons éparpillées au vent, les fumoirs au bois usé et les habitants qui racontent qu'ils doivent prendre l'hélicoptère pour faire les courses en hiver, on a l'impression d'être propulsé dans une autre époque.

C'est à bord d'une navette électrique que Guy Langelier, tombé en amour avec l'île il y a plusieurs années, propose de faire découvrir la moins peuplée des municipalités québécoises. Sur 13 kilomètres de long et deux kilomètres de large vivent 200 habitants en été et une vingtaine seulement en hiver. Le circuit comprend des arrêts aux trois principaux attraits de l'île, soit l'émouvant phare rouge et blanc qui date de 1809, l'impressionnant Musée du squelette, prétexte à apprendre 1001 faits surprenants, puis l'exposition de l'École Michaud qui porte sur la vie insulaire.

S'il n'y a que deux restaurants et le sympathique café d'Alphé sur l'île, le choix d'hébergement est plus varié. On loue une maison si on est en famille, on s'arrête par exemple au gîte Aux trois couettes pour une ambiance digne du bord de mer ou on choisit l'auberge Les Maisons du Phare si on veut côtoyer l'histoire. Dans tous les cas, les paysages sont au rendez-vous.

L'île écologique: l'île aux Lièvres

Quelques heures plus tard, après avoir retrouvé le continent, fait la route entre L'Isle-Verte et Rivière-du-Loup et pris le bateau pendant une trentaine de minutes, nous voilà cette fois sur le quai de l'île aux Lièvres.

«Ici, vous faites plus que du tourisme, vous faites de l'écotourisme», explique d'emblée la guide aux passagers venus passer la nuit. C'est que, sur l'île aux Lièvres, la Société Duvetnor n'a pas perdu de vue la mission qu'elle s'est donnée il y a près de 40 ans, soit celle de protéger les îles du Bas-Saint-Laurent.

Ici donc, on se sert de l'énergie solaire et de l'eau du ruisseau traitée sur place et on sensibilise les visiteurs à leur environnement. Mais l'endroit est la preuve que la nature peut aller de pair avec confort. Les neuf chambres de l'Auberge du Lièvre et les quatre chalets de l'île sont modernes et épurés et la salle à manger propose des tables d'hôte succulentes. Pour ceux qui le voudraient, plusieurs sites de camping sont disponibles.

Le lendemain, impossible de quitter avant de faire une des randonnées offertes sur les 40 kilomètres de sentiers balisés. Les vues sont splendides, les grèves sont désertes et les rencontres avec les oiseaux et les phoques sont quasi assurées. Après tout, nous sommes sur une réserve de biodiversité!

En attendant le bateau qui nous ramènera sur la côte, nous visitons la petite exposition qui parle de l'histoire de l'île qui déjà, au début du siècle dernier, accueillait chaque dimanche des visiteurs de la région. À cette époque apprend-on, on voyageait localement bien plus qu'à l'international.

Et franchement, ces trois jours au milieu de l'eau nous donnent envie de faire de même encore et encore.


Informations:

Île aux Basques: www.provancher.org | Île Verte: www.ileverte-tourisme.com | Île aux Lièvres: www.duvetnor.com



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos