Agence QMI

6 beaux arrêts au fil du Saint-Laurent

Tout le Québec - 6 beaux arrêts au fil du Saint-Laurent

La baie de Tadoussac.Photo Courtoisie

Le fleuve Saint-Laurent prend des allures de mer au fur et à mesure que l'on s'éloigne des grands centres. Si on aime l'air du large, on doit visiter ces endroits au moins une fois.

Tadoussac, Côte-Nord

C'est le début de la route des baleines, qui longe la côte jusqu'à Blanc-Sablon. Tadoussac est un tout petit village - environ 800 habitants - lové dans une grande baie. Ici, les eaux du Saguenay se mêlent à celles du fleuve et créent un environnement propice à la venue de nos célèbres baleines. On les guette depuis les rivages ou en bateau, avant d'aller s'instruire au Centre d'interprétation des mammifères marins. On fait aussi quelques visites historiques (la chapelle, le poste de traite), on découvre les petits restos (le café Bohème et le casse-croûte du Connaisseur surtout) et on va dévaler les dunes dans le parc national du Fjord-du-Saguenay.

Anticosti, Côte-Nord

L'île d'Anticosti fait 17 fois la superficie de celle de Montréal, et moins de 300 personnes l'habitent à l'année. Quand on roule sur l'«autoroute» de terre qui traverse l'île, on oublie qu'on est dans l'embouchure du golfe du Saint-Laurent. Mais quand on rejoint les rivages - sur la plage de la baie de la Tour ou au village fantôme de Baie-Sainte-Claire par exemple -, on ne peut se tromper en regardant l'horizon.

Anticosti est peuplée de plus de 150 000 cerfs de Virginie et est surtout visitée pour la chasse. Mais les amoureux de nature sauvage, de randonnée, de camping, d'histoire et de récits de naufrage y feront un séjour estival pas banal.

Des forfaits comprenant les vols de Québec ou de Montréal, un véhicule et l'hébergement pour trois nuits sont offerts par la Sépaq, à partir de 644 $ par personne en camping ou de 759 $ en chalet (options en auberge et autres forfaits disponibles).

Île du Pot à l'Eau-de-vie, Bas-Saint-Laurent

C'est une île au milieu du Saint-Laurent, au large de Rivière-du-Loup, et on y trouve un phare datant du 19e siècle dans lequel on peut passer la nuit. L'île est le refuge de petits pingouins et de certains types de guillemots, et ce sont les seuls êtres que l'on croise pendant son séjour, à part quelques autres invités. Le phare compte trois petites chambres. Un sentier de randonnée est accessible en dehors de la période de nidification des oiseaux, mais on ne loge pas sur l'île pour un séjour actif. On s'y rend pour goûter la vie des gardiens de phare d'autrefois et pour l'étonnant silence qui enveloppe le fleuve une fois la nuit tombée.

On peut réserver une nuitée avec souper et déjeuner pour 210 $ par personne en haute saison auprès de la Société Duvenor.

Parc national du Bic, Bas-Saint-Laurent

Non loin de Rimouski, ce parc laisse rarement les visiteurs indifférents. Entre îles et montagnes, on peut y faire de la randonnée sur 25 km de sentier ou encore du kayak de mer dans les anses et les baies. On peut dormir dans un chalet, une yourte, une tente de prêt-à-camper tout équipée ou encore planter sa propre tente. Certains sites de camping ne sont accessibles qu'en kayak, à pied ou à vélo, et sont directement au bord de l'eau. Les couchers de soleil dans l'estuaire sont l'un des principaux attraits du parc.

Percé, Gaspésie

Incontournables de la Gaspésie, Percé et son fameux rocher troué sont à voir au moins une fois. La visite jusqu'à l'île Bonaventure est aussi de mise, pour observer la colonie de fous de Bassan la plus importante du monde. Une fois les visites «classiques» complétées, on va voir les artisans et les boutiques du village ou bien on va pêcher le maquereau sur les quais. À faire aussi: déguster des produits de la mer à la Maison du pêcheur, prendre une bière à la microbrasserie Pit Caribou et visiter le magasin général historique de L'Anse-à-Beaufils, le village voisin.
www.rocherperce.com

Îles-de-la-Madeleine

Sept îles habitées au milieu du golfe du St-Laurent, dont six reliées entre elles par de longs bras de sable et une route d'environ 90 km. Des insulaires à l'hospitalité légendaire. Des plages immenses, des falaises rouges et des buttes verdoyantes. Des spectacles musicaux tout l'été (au Vieux Treuil, au Pas Perdus...) et des artisans offrant aussi bien des œuvres d'art que des fromages, du miel ou des produits de la mer fumés. Sans oublier des activités comme le kayak, le vélo, le «kite surf» et même de la nage avec les phoques... Aux Îles, il fait bon vivre et c'est pour ça que tant de voyageurs en tombent amoureux.

On s'y rend en voiture (12 heures de route depuis Montréal, plus 5 heures de traversier), en avion ou en croisière sur le CTMA Vacancierwww.tourismeilesdelamadeleine.com



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos