Jean-François Leclerc en collaboration avec le Centre d'Histoire de Montréal
Invisible

Promenades historiques: Sainte-Catherine O. et Peel

Montréal - Promenades historiques: Sainte-Catherine O. et Peel

Angle Peel et Ste-Catherine.Collection du Centre d’histoire de Montréal

Jean-François Leclerc en collaboration avec le Centre d'Histoire de Montréal

En se basant sur les chroniques hebdomadaires Montréal retour sur l'image, parues dans le Journal de Montréal, le livre Promenades historiques à Montréal a voulu faire un recueil utile pour des balades sur l'île de Montréal et ses environs. En voici un septième extrait avec le Mille Carré Doré (Sainte-Catherine Ouest et Peel).

Camelots et kiosques

Le camelot de la rue Peel se prépare-t-il à s'installer au coin de la rue pour annoncer son journal ou range-t-il ses différents quotidiens dans son kiosque? Au début des années 1920, les Montréalais peuvent profiter du crieur de journaux ou se rendre à un kiosque pour acheter leur quotidien favori. Une nouvelle invention se profile cependant à l'horizon : le camelot automatique, c'est-à-dire la boîte distributrice de journaux. La première apparaît en août 1921, à l'initiative du journal La Presse, devant l'hôtel de ville d'Outremont. Au début des années 1970, le maire Jean Drapeau fera interdire ces distributrices, qui s'éclipseront graduellement avant les années 80.

Quant aux kiosques à journaux, ils ne cessent de préoccuper l'administration municipale. En 1924, la commission sur la location des kiosques est créée, et l'échevin Auger propose la construction de kiosques plus harmonieux que la Ville louerait.

Télégraphie

La Montreal Telegraph Company est fondée en 1847, dix ans après la première transmission télégraphique. La même année, en août, sa première ligne relie Montréal et Toronto; en octobre, la ville de Québec s'ajoute à son réseau. Dès décembre, la Montreal Telegraph Company transmet plus de 33 000 messages. En 1873, elle inaugure son siège social situé à l'angle des rues Saint-François-Xavier et Notre-Dame. Présidée par Sir Hugh Allan, cette entreprise de communication fait place, en 1881, à la Great North Western Telegraph Company, qui sera intégrée au Canadien National au début du XXe siècle.

En juillet 1936, les télégraphistes retraités ou sur le point de l'être se réunissent dans l'édifice de la Montreal Telegraph pour souligner le centenaire des expériences de Samuel Morse. Parmi eux, monsieur J. B. Beauchamp, l'aîné des télégraphistes de l'est du Canada : il aura assuré la transmission et la réception des messages depuis... 1890.


Trou d'homme et égouts montréalais

En pleine rue Peel, entre deux rails de tramways, un couvercle de trou d'homme. Dessous, l'univers inconnu des égouts montréalais. Mis en place à partir de 1840, le réseau est d'abord constitué de tuyaux en bois ou en pierre, dont le diamètre fait 46 ou 90 cm. Peu à peu, et surtout au début du XXe siècle, le diamètre de ces tuyaux adopte des dimensions variées. Les tuyaux des ruelles sont de grès et leur diamètre ne fait que 30 cm, ceux des rues sont en brique et font généralement 90 cm de hauteur et 60 cm de largeur. Empruntant ces égouts ordinaires, les eaux usées se déversent dans les égouts tributaires et, ensuite, dans les égouts collecteurs, dont le diamètre atteint 5 m, et qui sont munis d'une passerelle.

Dans les années 1930, au moment de la dépression, l'administration du maire Camillien Houde fait entreprendre de grands travaux pour venir en aide aux ouvriers. Sont alors construits l'égout collecteur de la rivière Saint-Pierre, dans le sud-ouest, et celui du nord, entre Cartierville et Montréal-Nord, qui desservira Ahuntsic, Villeray, Saint-Michel et même les villes de Mont-Royal et de Saint-Laurent.


Par le truchement de photos prises au cours des ans, en collaboration avec le Centre d'histoire de Montréal, le Journal de Montréal a eu l'idée de vous faire découvrir Montréal de façon différente grâce à ses chroniques hebdomadaires Montréal retour sur l'image.

L'idée a ensuite germé dans les esprits de reprendre ces chroniques et d'en faire un recueil utile à la planification de balades sur l'île de Montréal et ses environs.

Le livre Promenades historiques à Montréal a été conçu avec cet objectif.

Un échantillon de plus de cent points d'intérêt est donc présenté dans ce présent recueil. Pour faciliter son utilisation, dix circuits ont été élaborés à partir des principaux arrondissements de la Ville de Montréal, des îles et municipalités faisant partie de l'agglomération de Montréal.




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos