Jean-François Leclerc en collaboration avec le Centre d'Histoire de Montréal
Invisible

Promenades historiques: Marché Maisonneuve

Montréal - Promenades historiques: Marché Maisonneuve

Photo collection du Centre d’histoire de Montréal

Jean-François Leclerc en collaboration avec le Centre d'Histoire de Montréal

En se basant sur les chroniques hebdomadaires Montréal retour sur l'image, parues dans le Journal de Montréal, le livre Promenades historiques à Montréal a voulu faire un recueil utile pour des balades sur l'île de Montréal et ses environs. En voici un troisième extrait avec le Marché Maisonneuve dans Hochelaga.

Un marché tout neuf pour une ville nouvelle

Au tournant du 20e siècle, la nouvelle ville de Maisonneuve s'offre les plus beaux édifices publics qui soient, comme le bain Morgan, l'hôtel de ville et... le marché Maisonneuve. Cet édifice de style Beaux-Arts est construit sur un terrain ayant appartenu à la famille Dufresne qui a fait fortune dans l'industrie de la chaussure. C'est d'ailleurs l'un des frères Dufresne, Marius, qui en aurait dessiné les plans. À compter de 1914, le marché Maisonneuve ouvre son rez-de-chaussée aux étals de bouchers, tandis que la grande salle est réservée aux marchands qui vendent fromage, beurre, œufs et volailles. À l'extérieur du lieu, on retrouve également les producteurs qui proposent leurs légumes et fruits frais aux citoyens. En 1962, après plus de 40 ans d'existence, le marché Maisonneuve ferme ses portes : la concurrence des supermarchés était trop forte. L'édifice sera converti en Centre culturel et sportif dans les années 1980, tandis que le marché Maisonneuve renaîtra de ses cendres en 1995 avec la construction d'un nouvel édifice, situé tout près de l'ancien marché. Aujourd'hui, près de 40 commerces offrent aux habitants du quartier des produits frais et locaux, pour leur plus grand bonheur.


La « Pittsburgh du Canada »

En 1883, alors que la ville d'Hochelaga est officiellement annexée à Montréal, une autre est créée : Maisonneuve. Sous l'impulsion de propriétaires fonciers canadiens français, dont Oscar et Marius Dufresne, la nouvelle ville connaît un rapide développement. Déterminés à faire de Maisonneuve une réussite, ceux-ci offrent des subventions et exemptions de taxes aux industries qui s'installent notamment sur la rue Notre-Dame. Rapidement, cette cité de l'est devient le cinquième centre industriel en importance au Canada, ce qui lui vaut le surnom de « Pittsburgh du Canada ». Les ouvriers affluent, de même que les cols blancs et autres travailleurs spécialisés qui habitent des demeures plus cossues. De 287 habitants à sa « naissance », Maisonneuve passe à 30 000 habitants en 1918. Cette même année, elle est toutefois forcée de s'annexer à Montréal pour absorber ses 20 millions de dollars de dettes. Ville modèle devenue quartier ouvrier de Montréal, elle est durement affectée par la crise économique des années 1930, puis par la construction de l'autoroute 25 en 1967, qui entraîne la démolition de près de 2 000 logements et bâtiments industriels. Son histoire est aujourd'hui racontée au Château Dufresne par l'Atelier d'histoire Hochelaga-Maisonneuve, fier héritier de la mémoire du quartier.

Envie d'un bon biscuit Village ?

Située sur la rue Viau, la biscuiterie du même nom a marqué l'histoire et la vie du quartier. Établie dans le secteur depuis le début du 20e siècle, la biscuiterie Viau a été fondée, à l'origine, par Charles-Théodore Viau et son associé Toussaint Dufresne qui rachetèrent en 1866 l'épicerie Poupart sur la rue de la Commune. Ensemble, les deux associés réorientent le commerce vers la distribution de farine, et commencent à fabriquer des biscuits dont le fameux Village. En 1873, sous le nom de Viau et frère, l'entreprise déménage son usine sur la rue Notre-Dame. Puis, en 1906, la biscuiterie est expropriée par la compagnie du Canadien Pacifique, et emménage définitivement dans la cité de Maisonneuve. Ses 200 employés fabriquent alors des biscuits, ainsi que des chocolats et des bonbons, qui plaisent beaucoup aux Montréalais. Après le décès de Charles-Théodore, son beau-frère puis son fils Théophile lui succèdent. Vendue en 1969, l'entreprise familiale ferme complètement ses portes en 2004. Après plus de 100 ans à gâter les Montréalais et à orner les comptoirs de cuisine avec ses boîtes colorées, Viau est encore bien présente dans la mémoire de Montréal.


Par le truchement de photos prises au cours des ans, en collaboration avec le Centre d'histoire de Montréal, le Journal de Montréal a eu l'idée de vous faire découvrir Montréal de façon différente grâce à ses chroniques hebdomadaires Montréal retour sur l'image.

L'idée a ensuite germé dans les esprits de reprendre ces chroniques et d'en faire un recueil utile à la planification de balades sur l'île de Montréal et ses environs.

Le livre Promenades historiques à Montréal a été conçu avec cet objectif.

Un échantillon de plus de cent points d'intérêt est donc présenté dans ce présent recueil. Pour faciliter son utilisation, dix circuits ont été élaborés à partir des principaux arrondissements de la Ville de Montréal, des îles et municipalités faisant partie de l'agglomération de Montréal.




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos