S'amuser comme un enfant au «Sentier de la bouette»

Bas-Saint-Laurent

Une tradition a été créée; la traversé vers l’Île Verte dans la «bouette». © Courtoisie


Lise Guigère - Collaboration spéciale

Le 1er août prochain, quelque 450 personnes pataugeront dans la «bouette» du fleuve Saint-Laurent pendant près de cinq kilomètres!

Une activité inusitée, devenue une tradition originale, qui porte le joli nom de «Sentier de la bouette». Un moment unique à vivre et une belle occasion de découvrir L'Isle- Verte dans le Bas-Saint-Laurent et l’Île Verte dans le fleuve Saint-Laurent.

Une tradition

Le sentier de la «bouette», comme les «ponts de glace» en hiver, a toujours été utilisé par les insulaires entre l’île et la côte. Cette traversée à pied leur servait à transporter du lait, des animaux et de la machinerie. Il arrive même qu’on l’utilise encore aujourd’hui, par exemple, lorsque les traversiers ne fonctionnent pas.

Le 22 juillet 1989, Jean-Bernard Ouellet et Lucille Vien rassemblaient une trentaine de personnes à qui ils proposaient ce défi. Sans le savoir, ils venaient de créer une tradition: celle de la traversée annuelle du Sentier de la bouette.

Aussi sur Canoe.ca:
      L'Île Verte

      Sentier de la bouette

    • Durée du trajet à partir de Montréal: 5h

      Pour s'y rendre

    • A-20 E jusqu’à Rivière-du-Loup qui devient la A-132 à Cacouna. Continuer jusqu’au village de l’Isle Verte et prendre la route du Quai. Pour se rendre à l’Île Verte, prendre le traversier (418 898-2843) ou le bateau-taxi (418 898-2199). Le fleuve étant capricieux, il vaut mieux téléphoner avant de se présenter pour l’embarquement.
    À LIRE AUSSI
D’une durée d’environ deux heures, sous la supervision de guides insulaires, les participants se donnent rendez-vous à L'Isle- Verte et lorsque la marée est suffisamment basse, tentent de rejoindre l’île Verte à pied. Une expérience unique et inoubliable!

En toute sécurité

Si l’activité n’est offerte au public qu’une seule journée par année, c’est que les organisateurs attendent le moment idéal et le plus sécuritaire pour ceux qui désirent vivre cette expérience. «On pourrait faire cette traversée toutes les deux semaines à la marée descendante des marées de vives-eaux (les grandes marées du mois). À ce moment, le retrait des eaux est tel que l’estran (le littoral entre la batture et la terre ferme) se dégage et permet de traverser entre les deux rives. Il faut comprendre que lorsque la marée monte beaucoup, elle se retire beaucoup, mais on privilégie les mois de juillet et août et une heure de marée qui soit intéressante pour l’accueil des gens, le déroulement de l’activité et le retour», explique Gérald Dionne, l’un des organisateurs. Le Sentier de la bouette est un aller simple. Dès que les participants mettent pied sur l’île, l’eau recouvre déjà le chemin qu’ils viennent de traverser. Ils doivent donc revenir sur le continent en s’entassant sur le traversier ou utiliser les bateaux-taxis.

***

Pour voir les «bouetteux»

Je parie qu’à la lecture de ce texte, plusieurs d’entre vous rêvent déjà de chausser leurs vieilles espadrilles pour tenter l’expérience. Malheureusement, les inscriptions se terminaient en juin. «L’idée n’est pas d’avoir un nombre record de participants, mais de permettre à ces derniers de découvrir l’île Verte d’une autre manière et de souligner un aspect particulier de la vie insulaire», précise M. Dionne.

Par contre, pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour filer vers cette région, découvrir cette activité unique au Québec et visiter à la fois L'Isle-Verte et l’île Verte?

Au choix, il est possible d’assister au départ ou à l’arrivée des «bouetteux». Pour le départ qui devrait avoir lieu vers 9h30, il suffit de se rendre, le 1er août au matin sur le quai de L'Isle-Verte. Mais si l’on préfère l’arrivée, on peut arriver aux aurores et prendre le traversier ou encore une autre possibilité, plus ludique celle-là, suggère d’arriver la veille et de se rendre passer la nuit sur l’île Verte. Après le petit-déjeuner, il ne reste plus qu’à joindre le comité d’accueil des «bouetteux» sur la rive. De là, vous aurez une vue imprenable sur cette chaîne humaine qui avance lentementdans cette eau froide et boueuse et surtout, vous vivrez l’effervescence de leur arrivée, vous les verrez se «débouetter» et vous entendrez leurs anecdotes. Après tout, ce sera peut-être à votre tour l’an prochain de jouer dans la bouette?

3 choses à voir tout près

La petite école du Bout-d’en-bas

École de l’île jusqu’en 1972, elle est depuis le centre d’interprétation de la vie insulaire de la colonie jusqu’à aujourd’hui. Au 69B, chemin de l’Île, Notre-Dame-des- Sept-Douleurs, tél.: 418-898-3451 ou www.ileverte.net

Les Maisons du phare de l’île Verte

Le plus ancien phare du fleuve Saint-Laurent (1809) est aujourd’hui un musée. De son sommet, on a une vue imprenable. Les maisons du gardien et de son assistant sont des gîtes. Au 2801 chemin du Phare, Notre-Dame-des- Sept-Douleurs, tél.: 418 898-2730 ou www.ileverte.net

Le Musée du squelette

Si l’extérieur ne paie pas de mine, poussez la porte et laissez-vous entraîner par la passion du fondateur Pierre-Henri Fontaine pour les squelettes. Fascinant ! L’Île Verte, 418 898-5215 ou www.ileverte.net

NOTE: Non recommandé pour les enfants de moins de 8 ans. Ceux qui aimeraient s’inscrire l’an prochain doivent téléphoner au 418 898-3542 à compter du 15 mai 2012


Vidéos

Photos