Cozumel: plonger dans les profondeurs mexicaines

Mexique - Cozumel: plonger dans les profondeurs mexicaines

 Photo Tank-Ha Dive

Véronique Leduc

La Riviera Maya, au Mexique, est réputée pour son eau turquoise et pour la beauté de ses plages. Mais ce que certains ne savent pas, c'est que la région est tout aussi belle... sous l'eau. Les fonds marins entourant l'ile de Cozumel sont réputés à travers le monde pour les nombreux trésors sous-marins qu'ils recèlent. On prend notre souffle pour l'exploration du Mexique profond.

La plupart des plongeurs qui désirent découvrir les fonds de Cozumel s'installent à Playa del Carmen pour son dynamisme et son accessibilité, mais aussi parce que Playa, c'est la Mecque des centres de plongée. À chaque coin des rues commerçantes se trouve un centre prêt à proposer des cours ou des sorties pour tous les niveaux de plongeurs.

Notre choix s'arrête sur Tank-Ha Dive Center, un des seuls centres à disposer de son propre bateau afin de partir directement de la plage. Les autres offrent presque tous des départs de l'ile de Cozumel, vers laquelle il faut se rendre soi-même par traversier.

Palancar: hauteur et tunnels

Après une soirée tranquille (il est recommandé d'éviter de boire quelques heures avant et après les plongées), nous voilà prêts, tôt le lendemain matin, à découvrir les sites entourant la deuxième plus grande barrière de corail au monde, après celle de l'Australie.

Les fonds près de Cozumel sont réputés dans le monde entier pour leur diversité (une centaine de sites), leur eau chaude, leur bonne visibilité et leur accessibilité à longueur d'année.

Sur les eaux turquoise de la mer des Caraïbes, nous quittons donc la plage avec une dizaine d'autres plongeurs et nos guides pour nous rendre au site de Palancar. Tout équipés, à partir du bateau, nous descendons graduellement jusqu'à 24 mètres de profondeur. Les paysages sont splendides et ont des airs de village sous-marin fait de hautes colonnes de coraux, d'algues colorées et de tunnels rocheux à travers lesquelles nous passons le plus délicatement possible.

La visibilité est excellente et tout de suite, le sentiment d'évasion est là. Des algues mauves ressemblant à de la dentelle dansent au gré des courants, et des bancs de jolis poissons bleus et jaunes nous suivent pendant quelques minutes, nous faisant presque manquer l'immense tortue qui semble tranquillement voler au-dessus de nous. Impressionnant! Mais déjà, après 45 minutes, il faut remonter graduellement à la surface puisque la provision des bouteilles de plongée diminue.

Dalila: plancher et courants

De retour sur le bateau, on nous offre une collation pendant qu'on se dirige vers notre deuxième site de plongée: Dalila. Palancar et Dalila sont tout près l'un de l'autre, mais entre les deux, il y a un monde de différences! Si Palancar est tout en hauteur, Dalila est fait d'un plancher de coraux.

Sous l'eau, on se laisse porter par le courant pour observer les poissons lignés ou pointillés, les écrevisses géantes, les anémones et les éponges qui rivalisent d'originalité dans leurs formes et leurs couleurs. Une murène, suivie d'une carpe sort tranquillement du dessous d'un corail et quelques tortues passent devant nous. C'est un spectacle impressionnant qui s'offre aux plongeurs!

Angelita: creux et stalactites

De retour au centre Tank-Ha, on nous jure qu'il ne faut absolument pas manquer une sortie dans une des nombreuses cénotes qui se trouvent dans la péninsule du Yucatan, des cavités de cinq à 10 mètres de profondeur, remplis d'eau douce ou salée.

Deux jours plus tard, nous sommes donc en route pour la cénote Angelitas, sur le continent. L'expérience est totalement différente des plongées précédentes: le calme est complet, et on se faufile à travers d'étroits passages faits de stalactites et stalagmites pour arriver dans de larges espaces à travers lesquels filtrent parfois quelques rayons de soleil. L'eau y est si claire que nous en venons parfois à ne plus savoir si nous sommes dans l'eau ou non. Ce n'est pas pour les espèces marines, ou les algues qu'on visite une cénote, mais bien pour son impressionnante structure et l'expérience en tant que telle.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, rares sont les plongeurs qui souffrent de claustrophobie pendant les sorties en cénotes, trop impressionnés qu'ils sont à découvrir un univers mystérieux qui leur était jusque-là inconnu et que finalement, ils chercheront à retrouver dès leur dernière plongée terminée.


Vidéos

Photos