Frédérique Sauvée
Agence QMI

De Prague à Vienne sur deux roues

De Prague à Vienne à vélo

Voir en plein écran

Frédérique Sauvée

Dernière mise à jour: 17-03-2015 | 11h36

L'Europe centrale est une terre propice au vélo, là où les frontières autrefois sources de conflits n'ont désormais plus d'importance.

Sur les routes de la Bohème, puis sur celles de la vallée du Danube, ce voyage à deux roues nous conduit de Prague, splendeur de la République tchèque, à Vienne, cité impériale autrichienne. Un périple de 500 km qui assure un dépaysement linguistique et culinaire, mais qui représente avant tout un superbe défi sportif.

Vítejtev České Republice! (Bienvenue en République tchèque)

La ville de Prague est tout l'opposé de la République tchèque. La capitale de la Bohème est multiculturelle, bouillonnante et festive à l'inverse du reste du pays qui se révèle discret, imperturbable et parfois même farouche. Deux caractères que l'on apprend à connaître au fil des kilomètres parcourus tantôt à travers la campagne tchèque, tantôt sur les pistes cyclables des villes colorées qui émaillent le parcours.

La première journée à Prague figure parmi les souvenirs mémorables de ce voyage. Nos vélos s'introduisent à travers des files d'autos apparemment peu habituées à devoir partager les rues étroites de leur belle capitale. On laisse derrière nous la place Venceslas pour rejoindre les berges de la rivière Vltava. Le point de vue est superbe sur l'emblématique pont Charles et le château de Prague, de l'autre côté de la rive. Le peloton dépasse rapidement la «maison qui danse» et son architecture ondoyante avant d'atteindre la piste cyclable qui permet de quitter la ville en longeant du fleuve.

Dès lors, la campagne tchèque nous accompagnera tout le long du parcours jusqu'à la frontière avec l'Autriche. Tout en pédalant, on voit défiler les champs de blé de la Bohème, ancien royaume slave où se succèdent collines, plaines et plateaux agricoles, donnant du fil à retordre aux mollets les plus aguerris. Lorsque la soif se fait sentir, les villages tchèques se révèlent d'excellentes étapes pour goûter à l'une des 470 bières fabriquées au pays. Cette boisson houblonnée, fierté nationale, réveille les papilles pour un prix dérisoire (moins de 3$ la pinte!).

Aussi beaux qu'ils soient avec leur clocher d'église à bulbe, typique de l'architecture baroque germanique, et leur place centrale couverte de pavés, ces villages de caractère sont étonnamment déserts. Il faut continuer à rouler jusqu'aux attraits touristiques du pays pour sentir battre le pouls de la vie tchèque.

Trois merveilles du patrimoine national sont particulièrement vivantes et belles à contempler depuis la selle de son bicycle. Pisèk, une très belle ville étape où il est agréable de côtoyer la population locale aux traits slaves sur la terrasse d'un café au bord de la rivière. À 60 km plus au sud, les façades colorées de la place centrale de Ceské Budejovice offrent un superbe décor au départ de notre cinquième journée. Tandis que Cesky Krumlov et particulièrement son beffroi cylindrique entièrement peint à la main valent le coup de grimper les ruelles pavées. Un bijou d'architecture à ne pas manquer à la porte de sortie du territoire tchèque.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos