Sarah-Émilie Nault
Canoë

Cinque Terre, la petite perle italienne

Cinque Terre, la petite perle italienne

Voir en plein écran

Sarah-Émilie Nault

On vante la beauté de ses chemins escarpés, celle de ses maisons colorées lovées dans l'ondulation des falaises et celle encore de ses rangées de vignes et d'oliviers s'élevant, telles des vagues, jusqu'au sommet de la Ligurie.

On y croit à moitié jusqu'à ce que s'évanouisse la longue - mais si douce - route en train entre Venise et ce petit paradis italien. Jusqu'à ce qu'au petit matin, les volets de notre chambre s'ouvrent sur les splendeurs de Riomaggiore; l'un des cinq exceptionnels villages formant le parc national de Cinque Terre.

Le charme de Riomaggiore

C'est au premier regard que le charme de Cinque Terre opère, par-delà les paysages aux allures irréelles et la Méditerranée venant heurter les parois des rochers. Ce n'est pas pour rien que Cinque Terre, avec son quintette de villages, est rapidement passé «d'arrêt le long du chemin le moins fréquenté» à «destination italienne incontournable».

Classés au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997, les villages de Riomaggiore, Manarola, Corniglia, Vernazza et Monterosso formant le parc national de Cinque Terre font aujourd'hui partie de cette liste d'endroits qu'il faut avoir vus dans une vie. Le long de la côte de la Riviera italienne, au nord-ouest de l'Italie, absolument tout du paysage enveloppant Cinque Terre relève du rêve. Un rêve que l'on aurait voulu garder pour soi certes, mais qui, comme tout bon songe, se révèle avec joie.

Dans les ruelles abruptes de Riomaggiore, il est possible de se frayer un chemin jusqu'au sommet des montagnes tapissées de vignes malgré les nombreux visiteurs. Si le village est plutôt occupé en ce mois d'octobre, on n'ose imaginer à quoi il ressemble en été, envahi d'encore plus de touristes provenant des quatre coins du monde. Du haut de la montagne verdoyante, on aperçoit le village et ses emblématiques maisons colorées qui s'étirent jusqu'à la Méditerranée. En plein coeur de ce vignoble dont nous empruntons les étroits et plus calmes sentiers, le chant des touristes n'est plus qu'un murmure. La forteresse, l'église St-Jean-Baptiste et les deux oratoires ne semblent s'élever que pour nous.

Plus bas, le port et sa grande place recouverte de bateaux offrent les plus belles images de Riomaggiore. Ici, un homme à sa fenêtre suivant des yeux l'agitation des discussions entre pêcheurs. Là, de jolies terrasses sculptées à même les rochers. Et entre les deux, la véritable vie italienne balayée par le vent du large.

Riomaggiore se dévoile ainsi, à la sortie d'un long tunnel turquoise creusé au pied de la montagne que l'on emprunte depuis la gare. Ses épiceries fines, ses petits restaurants toujours bondés, ses boutiques, ses comptoirs de pâtes et de pizzas à emporter et ses bars-terrasses ouverts relativement tard en font le village le plus animé de Cinque Terre, bien qu'il ne porte pas le sceau du plus touristique.

Une beauté naturelle

À Manarola, comme dans chacun des villages de Cinque Terre, on croise de nombreux randonneurs. Des sportifs ou des marcheurs tranquilles qui, bâtons de marche sous le bras ou pas, sont venus emprunter les sentiers reliant ces cinq villages merveilleux. Des marcheurs désormais fort déçus de ne pouvoir se balader le long de la «Via dell Amor» (le chemin de l'amour ou des amoureux) dont l'accès est aujourd'hui interdit au public, la faute aux effondrements et au caractère inquiétant du chemin. Il en va de même pour la seconde portion du sentier côtier reliant Manarola et Corniglia, aussi fermée, car jugé trop dangereuse. La route jusqu'à ces deux villages depuis Riomaggiore se fait désormais en train (il faut compter deux minutes pour atteindre Manarola et quelques minutes supplémentaires pour se rendre à Corniglia).

C'est tout au bout du chemin sculpté dans la falaise encerclant Manarola que l'on pourra prendre LA fameuse photo incarnant l'esprit et la beauté de Cinque Terre. C'est du haut de sa montagne-vignoble que la vue sur le village sera la plus spectaculaire.

Le sentier entre Vernazza et Corniglia - un village portant divinement bien son nom, souverain, du haut de sa corniche - est celui que plusieurs marcheurs choisissent d'emprunter à pied. Une balade de 3,4 km, une petite heure trente de marche d'un village à l'autre à travers les montagnes, le long du «Sentiero a mare». Des points de vue magnifiques sur la Méditerranée, sur les monts formant le parc national et sur le tout petit village de Corniglia juché sur sa falaise.

Du village de pêcheurs de Vernazza, on retient aisément le calme lorsque les touristes se dispersent, les petits cafés sympathiques où l'on s'arrête boire un «spritz» (le cocktail italien par excellence composé de campari, de prosecco et de soda) et la vue sur la ville du haut de la tour du château Doria.

Quant à Monterosso - le village que les touristes s'arrachent à grands coups de visites éclair et de perche à «selfie» pointées dans les airs! -, il propose tout de même des moments de pur bonheur. À la terrasse du vignoble Buranco notamment, un petit paradis dissimulé à deux pas de la folie du centre. Un lieu rempli de calme, de bons vins (dont le Sciacchetra, célèbre vin de Cinque Terre), de petites bouchées et de vignes à perte de vue. La plus belle des surprises au détour d'une petite rue sans nom et sans piéton. (www.burancocinqueterre.it)

Sur le bateau voguant de Vernazza à Riomaggiore, on comprend que les cinq villages qui composent Cinque Terre ne seront jamais aussi éblouissants qu'ainsi vus de la mer. Au fil de l'eau, Monterosso et son couvent dans la montagne, Vernazza, son dôme et ses terrasses dans la falaise, Manarola et sa forteresse, Corniglia du haut de son piédestal, et toutes les fenêtres donnant sur le port de Riomaggiore semblent voguer, eux aussi, entre rêve et réalité.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos