Sarah-Émilie Nault
Agence QMI

Lisbonne à vélo

Lisbonne à vélo

Le monument dédié aux navigateurs portugais et, au loin, le pont du 25 avril, Lisbonne. Photo Sarah-Émilie Nault / Agence QMI

Sarah-Émilie Nault

Pour parcourir Lisbonne et ses collines, on peut aussi emprunter le fameux tramway 28. Marcher le long du Tage en fin d'après-midi, puis s'arrêter boire un verre sur une terrasse au bord de l'eau. On peut observer le soleil disparaître derrière le pont du 25 avril, joli petit cousin du Golden Gate de San Francisco et aller de «miradore» en «miradore» afin de varier les visions de la cité.

On peut aussi enfourcher l'un des vélos du Lisbon Bike Tour and Outdoors le temps d'une balade guidée de presque quatre heures à travers la ville. Au départ du parc Edouardo VII, au sommet de la ville, la promenade à vélo n'a rien d'agressif. Au contraire, les collines se dévalent joyeusement, le long de la longue avenue de la Liberté d'abord, du centre historique ensuite, puis du vieux port jusqu'à Belém, point de départ de nombreux explorateurs portugais.

«Les Portugais sont la somme de toutes les invasions», explique notre guide Miguel Doria. Au gré d'arrêts stratégiques, il relate l'histoire de sa ville, ses invasions, le séisme de 1755, sa révolution. Sans entrer dans les détails, il mentionne aussi la crise économique qui afflige aujourd'hui son pays. «Ces graffitis que l'on retrouve un peu partout sont relativement nouveaux. Ils représentent la protestation des Lisbonnais contre la mauvaise situation économique du pays.»

Le quartier des anciens cinémas (dont plusieurs ont été transformés en hôtels) et des théâtres, le St-Dominic Square et son étoile de David commémorant le massacre des juifs de Lisbonne de 1506; le Rossio, grande place au cœur de la vieille ville; la dégustation de «ginjinha», liqueur de cerise typiquement portugaise; les épiceries fines étalant leurs pièces de morue séchée dans le sel; l'ascenseur de Santa Justa construite par un élève de Gustave Eifel; les terrasses le long du quai; le monument d'Henri le navigateur et sa carte du monde gravée dans le sol; le gracieux monastère et la surprenante tour de Belém classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. La randonnée - et son guide - nous laisse comblés.

www.lisbonbiketour.com

***

Vivre à la lisbonnaise: adresses

S'accorder à l'ère de Lisbonne, c'est vivre tranquillement, faire sien l'un des jolis cafés du quartier Alfama et discuter avec les copains, bière à la main, devant l'un des bars ou maisons de fado d'une ruelle de Bairro Alto.

C'est manger des sardines grillées et autres «petiscos» dans un ancien magasin d'articles de pêche de la mouvementée rua Rosa (www.solepesca.com), déguster le meilleur gâteau au chocolat de Lisbonne au café Vertigo et c'est goûter aux vins portugais dans une ancienne pharmacie (www.theoldpharmacy.pt).

C'est aussi dénicher les meilleurs portos au Solar do Vinho do Porto, manger beaucoup de fruits de mer au résolument branché Sea Me (www.peixariamoderna.com) et assister à un cabaret burlesque sous les voûtes d'une ancienne maison close. (www.facebook.com/bardavelhasenhora).



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos