Frédérique Sauvée
Agence QMI

L'Alaska en train

L'Alaska en train

Voir en plein écran

Frédérique Sauvée

Non, l'Alaska ne se visite pas uniquement en bateau de croisière ou en véhicule récréatif (VR). Le 49e État américain possède un réseau ferroviaire qui traverse une bonne partie de son gigantesque territoire, des portes de l'Arctique à ses fjords légendaires. Embarquement immédiat pour un saisissant périple sur rails.

Depuis la plateforme extérieure du wagon, une ribambelle de photographes amateurs, armés pour certains d'appareil photo reflex au téléobjectif surdimensionné, pour d'autres d'un simple téléphone intelligent, mitraille les montagnes pittoresques de l'Alaska Range. Cheveux au vent et le souffle coupé par l'appel d'air créé sur les flancs du train, nous en prenons plein la vue dès le début de ce périple ferroviaire. Tout à coup, quelque chose bouge à travers le viseur de mon appareil.

Le réflexe de plusieurs d'entre nous est d'appuyer sur le déclencheur avant même de pouvoir déceler l'origine du mouvement. En levant les yeux, on aperçoit une femelle orignal en pleine course, surprise par le train alors qu'elle broutait dans un pâturage aux grandes herbes. À l'intérieur du wagon panoramique, le guide, alerté par walkie-talkie de la présence de l'animal par le conducteur du train, explique déjà aux passagers les habitudes alimentaires de ces grands cervidés et leur population considérable en Alaska.

Au terme de cette journée à bord du Denali Star, nous aurons observé sept orignaux, trois ours bruns et plusieurs aigles à tête blanche durant les 12 heures de trajet entre Fairbanks et Anchorage. Plus qu'une simple liaison ferroviaire entre le nord et le sud de l'État, ce périple sur rail offre des points de vue époustouflants sur la nature alaskienne, loin de l'autoroute et de toute trace de civilisation.

«Je travaille comme barman pour l'Alaska Railroad tous les étés depuis trois ans maintenant», explique David, un étudiant de 24 ans venant de San Francisco. «Je réalise ce trajet trois fois par semaine et chaque fois, nous observons des animaux le long des voies. L'Alaska, c'est un zoo sans clôture, un safari-photo à l'échelle d'un État grand comme quatre fois la Californie.»

À travers le Denali National Park

Le trajet en train, aussi long que par l'autoroute 4 qui relie Anchorage à sa «voisine» du nord, Fairbanks, située aux portes de l'Arctique - 580 km séparent les deux villes - est plaisant et reposant. On se laisse bercer par le ballottement régulier des wagons sur les rails et le sifflement de la locomotive annonçant l'arrivée du convoi aux intersections routières.

Tous les jours de la belle saison, le Denali Star part de Fairbanks à 8 h pour prendre la direction du sud, en passant par le fameux Denali National Park, perle de la région intérieure de l'Alaska. Situé à mi-chemin du parcours, ce parc protège un territoire grand comme la région du Bas-Saint-Laurent, dominé par le légendaire Mont McKinley, ou Mont Denali qui signifie «haute montagne» en langue athapascan. Son sommet (6194 mètres), le plus haut en Amérique du Nord, ainsi que la chaîne de montagnes qui forme l'Alaska Range, sont visibles depuis les fenêtres panoramiques du train deux à trois heures avant même de franchir les portes du parc. Un arrêt dans la ville de Denali permet à ceux qui ont choisi d'y faire étape de mettre pied à terre. Quant à nous, nous continuons notre progression vers le sud de l'État.

Les grandes plaines aux herbes jaunes s'étalent encore plusieurs heures devant nous avant de faire place à une forêt boréale dense. Le guide nous tire de notre demi-sommeil lorsque le train s'apprête à franchir un viaduc, offrant un point de vue plongeant sur des gorges profondes traversées par la rivière Susitna.

En fin d'après-midi, l'estomac crie famine. Des repas à bord du Denali Star sont proposés matin, midi et soir dans une spacieuse voiture-restaurant. On étale ses rillettes de bisons sur son pain tout en contemplant la rivière qui se divise en dizaines de méandres. Le coucher de soleil sur l'horizon est jaune flamboyant. C'est bientôt l'arrivée, de nuit, dans la région d'Anchorage, terminus de ce voyage long, mais sublime à travers l'intérieur de l'Alaska.

Infos pratiques

- Tarifs: 187 US $ par personne pour un trajet Fairbanks-Anchorage (ou inversement), 355 US $ en classe GoldStar (voiture panoramique et tous les repas inclus)

- Dates: mi-mai à mi-septembre chaque année

- Infos et autres forfaits : www.alaskarailroad.com



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos