Quand le désert s’éveille en Californie

Californie

Le désert fleurit généralement de fin février à avril.  © Tourism San Diego

Lise Giguère - Collaboration spéciale (texte et photos)

Dès notre entrée dans le Anza-Borrego Desert State Park, on aperçoit au loin, juste au pied des montagnes, une immense étendue d’eau qui brille au soleil. Que fait ce lac dans le désert? Ce mirage, puisque c’en est un, n’est autre que Borrego Springs, le seul village établi au cœur d’un parc d’État.

Posé comme un bijou dans l’écrin inhospitalier du désert californien, ce petit village d’environ 2000 habitants est vite devenu un repaire pour les snowbirds qui font grimper la population à 7000 au printemps. Parmi eux, de nombreux artistes d’Hollywood qui ont vite repéré que cet endroit était idéal pour fuir les paparazzis.

Avec ses habitants répartis un peu partout dans la vallée, est-il besoin de préciser que son centre-ville est minuscule? Ici, pas de lumière de rue, pas de trafic et pas de bruit. On peut entendre les cris des coyotes, et surtout les chants des oiseaux qui nous turlutent le bonjour au matin et nous font la sérénade au moment du coucher.

C’est le silence qui ponctue les journées. Et en soirée, dans cette nuit noire à peine troublée par de rares lumières artificielles, des milliers d’étoiles scintillent et semblent si proches qu’on a l’impression de pouvoir les cueillir en tendant les bras. Pas étonnant que l’International Dark-Sky Association lui ait donné la certification «Dark Sky Communities».

Le désert en fleurs

Si la température idéale attire les visiteurs entre février et avril, c’est également le meilleur moment pour assister à l’éveil du désert alors que de courageuses petites fleurs se hasardent à former un tapis multicolore dans cet environnement aride.

«On me demande souvent quel est le meilleur moment pour voir le désert en fleurs, explique en souriant Linda Haddock, directrice exécutive de la Chambre de commerce de Borrego Springs. Ici, à la blague, on dit que c’est le 10 mars aux environs de 10 h.»

Bien difficile en effet de prédire quand le désert se transformera en un parterre de fleurs. En fait, il n’y a rien de plus difficile à prévoir. De nombreux facteurs sont à prendre en considération: la quantité de pluie qui est tombée pendant l’hiver (exceptionnelle cette année), le soleil, le vent et la température. En été, la température peut grimper jusqu’à 45 degrés Celcius, et parfois atteindre même jusqu’à 60 degrés. À de telles chaleurs, rien ne résiste.

Le désert Anza-Borrego faisant 2500 km2, il serait présomptueux de tenter de le découvrir par soi-même. Mieux vaut faire appel à California Overland, qui offre une grande variété d’excursions.

L’aventure commence

Utilisant des véhicules militaires parfaitement adaptés pour ce type de situation, Joe, notre guide, nous entraîne à travers des chemins cahoteux pour des heures de pur émerveillement. Malgré notre propension à croire que le désert est sans vie, on réalise bien vite qu’il n’en est rien. À tout moment, cet homme calme et souriant qui aime son désert et le connaît parfaitement pointe un nid d’aigle, un vautour, un pinson dans son nid, un coyote indifférent, un lièvre en fuite ou un tout petit lézard qui tente de se faire invisible.

Et partout, des fleurs, petites, délicates, mais vibrantes de vie et de couleurs chatoyantes. Sur ses conseils, on surveille où l’on met les pieds pour ne pas précipiter la destruction de cette flore qui ose défier la sécheresse du désert.

Avant d’entreprendre la seconde partie qui fait la part belle aux canyons vertigineux, aux fossiles et aux vestiges d’anciens ranchs, Joe installe des chaises sous un grand arbre pour un pique-nique au cœur de ce majestueux paysage, dans ce silence troublé uniquement par le chant des oiseaux. Instant sublime.

Malgré sa beauté, le désert peut se transformer en piège pour les imprudents, le plus grand danger demeurant certainement celui de succomber à ses charmes.

***

Il faut prendre des précautions si on va dans le désert de la Californie:

- Ne pas surestimer ses capacités physiques et ne pas tenter de les dépasser, surtout en été lors des grandes chaleurs.

- Boire beaucoup d’eau. Quand on commence à sentir la soif, c’est que la déshydratation a déjà commencé.

- Ne jamais partir seul. De toute façon, vous ferez de bien plus belles découvertes avec les guides qui connaissent le désert comme leur poche et sauront vous emmener vers ce qui vous intéresse. - Apportez: un chapeau, de bons souliers, de la crème protectrice et des lunettes soleil.

Consultez aussi
notre guide pratique.



Les touristes visitent le désert à bord de véhicule militaire comme celui-ci. / © Lise Giguère

Vidéos

Photos