Lise Giguère
Agence QMI

Une croisière au cœur des Émirats arabes unis

Une croisière aux Émirats arabes unis

Voir en plein écran

Lise Giguère

DUBAÏ, Émirats arabes unis - Depuis quelques années, les émirats de Dubaï et d'Abu Dhabi réinventent l'architecture... et changent la face du monde.

La croisière «À la découverte des Émirats arabes unis» que propose la compagnie MSC permet la découverte de ces villes dont le cœur bat au rythme de la démesure, mais invite également à voir celles qui demeurent attachées aux traditions et à fouler le mystérieux désert.

«Quelle est la grandeur exacte du désert?», demande un voyageur à notre chauffeur philippin. D'un sourire et d'un haussement d'épaules, il élude la question. Baragouinant quelques mots d'anglais, il arrive à faire comprendre à son passager qu'il lui faudra demander au guide.

«Plus petit de jour en jour!» lance alors une passagère d'un ton amusé. Si la réplique fait sourire, elle reflète cependant la vérité. Devant ce déploiement de délires architecturaux, le désert cède peu à peu sa place.

Du passé au futur sans transition

C'est l'une des choses que l'on constate en sillonnant le golfe Persique à bord du navire de MSC. La découverte du pétrole en 1958 a non seulement métamorphosé le paysage de la région, mais a bouleversé la vie des Émiratis. Pendant que ces modestes villages de pêcheurs se transformaient en mégapoles au cœur d'un oasis verdoyant, les nomades devenaient des sédentaires prospères, opérant des commerces lucratifs et vivant dans de jolies maisons au bord de la mer.

Aujourd'hui, lors des jours de fête ou pendant le week-end, nous expliquent nos guides, ces nouveaux riches entassent leur famille dans leur 4 X 4 et partent planter leur tente ... dans le désert! Une sorte de retour aux sources.

Impeccablement vêtus de la «dishdaha» (longue robe blanche, coiffe blanche et double couronne noire), le costume traditionnel des habitants du golfe, les Émiratis se déplacent au volant de grosses automobiles, généralement noires, et sont très peu accessibles. Leurs femmes sont discrètes et il n'est pas rare d'en croiser portant un masque de carton, de cuir ou même d'or, recouvrant les sourcils, le nez et la bouche.

Malgré un style de vie parmi les plus modernes au monde, les traditions ancestrales sont toujours très présentes. Ainsi, l'alcool est interdit (on en trouve uniquement dans les restaurants des grands hôtels) et les lois sont strictes: le vol est sévèrement puni, la mendicité n'est pas tolérée et les travailleurs venant de l'Inde, du Pakistan, des Philippines ou d'ailleurs doivent obligatoirement travailler s'ils veulent demeurer dans le pays.

Si ces consignes semblent d'un autre âge, elles n'empêchent pas les étrangers d'affluer à la recherche d'un travail et surtout elles assurent une grande sécurité aux touristes qui n'ont jamais peur de se promener dans les rues ou le métro à toute heure du jour.

Pour certains visiteurs, Dubaï et Abu Dhabi ne sont rien de plus que le nouveau Las Vegas, pour d'autres, c'est un étalage de richesses de mauvais goût, tandis qu'un grand nombre y voient plutôt une mégapole à l'imaginaire débridé et une vision du futur.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos