RelaxNews

Tokyo: une «université du sushi» pour aider les touristes confus

Japon - Tokyo: une «université du sushi» pour aider les touristes confus

Photo RelaxNews

Dernière mise à jour: 23-02-2017 | 11h32

Une «université du sushi» a été créée à Tokyo par des interprètes parlant l'anglais, destinée aux voyageurs cherchant à vivre un repas «omakase» authentique, en comprenant mieux cette tradition souvent «intraduisible».

L'une des expériences gastronomiques les plus ancrées dans la tradition, au Japon, est l'omakase, l'équivalent d'un menu dégustation occidental, au cours duquel les convives s'abandonnent à la créativité et aux impulsions du chef. Mais au pays du soleil levant, peu de restaurateurs parlent couramment l'anglais, et le concept peut paraître intimidant et confus pour les étrangers, qui ne sont jamais sûrs de ce qu'ils sont en train de manger ni de la manière correcte de le manger.

C'est pourquoi la «Sushi University» a vu le jour: la société emploie des interprètes capables d'expliquer aux étrangers les coutumes et traditions de la culture omakase, et de servir... d'interprètes entre les convives et les cuisiniers.

La société propose une expérience de porte-à-porte, les guides accompagnant les touristes de leur hôtel à leur restaurant en navette.

Une fois au restaurant, et au comptoir pour mieux profiter des gestes du chef, celui-ci explique brièvement la philosophie culinaire, détaille le menu du jour et répond aux questions de ses clients, traduites par le guide.

Également au programme de cette «université du sushi»: l'apprentissage de l'étiquette propre à l'omakase et à la dégustation du poisson cru et du riz mariné.

Les convives apprennent par exemple qu'il est impoli de s'adresser verbalement au chef pour engager la conversation ou lui poser des questions pendant qu'il découpe le poisson ou façonne son riz.

Un menu en français et dans 11 autres langues

De même, les "«étudiants en omakase» ont pour consigne de ne pas porter de parfum ou d'eau de toilette lorsqu'ils dînent dans un restaurant de sushi, et ce pour ne pas offenser le chef ni masquer la subtilité des arômes pour les clients des autres tables. Il en va de même pour la cigarette au milieu du repas, qui est bannie.

La température est un élément très important en ce qui concerne les sushis et l'omakase; ainsi, les sushis doivent être consommés dans les 10 secondes qui suivent leur présentation sur le comptoir, où ils ne doivent pas traîner.

En plus de proposer cette expérience culinaire authentique, la «Sushi University» prend aussi en compte les contraintes alimentaires spécifiques (allergies ou dégoûts) des touristes, et s'occupe de passer à l'avance des commandes spéciales adaptées.

Le programme comporte trois niveaux: débutant, intermédiaire et avancé. Les prix vont d'environ 115 $ à 350 $. 

Si les interprètes parlent uniquement l'anglais, le menu distribué aux convives pendant la soirée (ainsi que le site web de la société) est d'ores et déjà disponible en 12 langues, notamment le français, mais aussi, outre le japonais et l'anglais bien sûr, l'allemand, l'italien, l'espagnol, le portugais, le russe, le chinois simplifié ou traditionnel, le coréen et le thaï. Ces langues devraient à terme être proposées également par les interprètes.

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur sushiuniversity.jp/french/.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos