Sarah Bergeron-Ouellet
Agence QMI

Costa Rica, droit au cœur

Costa Rica - Costa Rica, droit au cœur

Dominicalito.Photos Sarah Bergeron-Ouellet et Tourisme Costa Rca

Sarah Bergeron-Ouellet

Dernière mise à jour: 16-03-2018 | 12h46

Un volcan actif. Une forêt tropicale. Une plage de sable noir. Une plantation de café. Quelques couples d'aras, une bande de singes capucins, deux ou trois paresseux et au moins un papillon morpho bleu. Si vous allez au Costa Rica, il y a de très fortes chances pour que vous puissiez cocher tous ces éléments sur votre liste, quel que soit l'itinéraire que vous choisissez.

Avec ses 28 parcs nationaux, ses huit réserves naturelles et sa foule d'aires protégées - dont plusieurs au bord du Pacifique et de la mer des Caraïbes -, le Costa Rica offre l'embarras du choix aux voyageurs qui rêvent de soleil, de nature et de détente au bord de la mer.

Ça vous donne envie de faire vos valises?

L'an dernier, environ 201 000 Canadiens ont cédé à l'appel tropical de ce petit pays d'Amérique centrale, dont 26 % du territoire est déclaré zone protégée et dont la faune et la flore comptent parmi les plus riches au monde.

Si plusieurs choisissent de se poser dans les tout inclus du Guanascate, dans le nord-ouest du pays, d'autres optent pour un itinéraire un peu plus aventurier entre océan et montagnes.

Les endroits les plus populaires auprès des Canadiens, selon l'office de tourisme du Costa Rica, comprennent le volcan Arenal et son cône parfait, la forêt nuageuse de Monteverde, ainsi que les plages blanches (et les hordes de singes capucins pas gênés) du parc national Manuel Antonio et de la ville voisine de Quepos.

Mais ce ne sont pas les seules options.

L'itinéraire que l'on a testé est un peu moins couru et c'est ce qui fait son charme: il s'agit d'un voyage écotouristique au cœur géographique et historique du pays, de l'agricole Vallée centrale à l'extrémité sud de la belle Côte pacifique centrale.

Voici huit arrêts à faire au cœur du Costa Rica:

1. Le volcan Irazú

Avec ses 3432 m de haut, Irazú est le plus haut volcan du Costa Rica. Toujours actif, comme plusieurs de ses voisins, il a explosé pour la dernière fois de 1963 à 1965. Au sommet, on admire deux de ses cratères, dont le principal est rempli d'eau turquoise, ainsi que des paysages quasi lunaires. Par temps clair, il est possible d'apercevoir à la fois le Pacifique et la mer des Caraïbes au loin. C'est une chance que nous n'avons pas eue, mais même couvert de brume, le site est impressionnant.

2. La vallée d'Orosi

Contrairement à plusieurs pays d'Amérique centrale, il n'y a aucune ville coloniale à visiter au Costa Rica puisque le pays n'a pas joué de rôle de premier plan pour les conquistadores espagnols. Il reste que c'est dans la vallée d'Orosi que les premiers colons se sont installés. Située non loin de la capitale San José, cette région fertile est aujourd'hui couverte de plantations de café. Une route panoramique de 32 km permet d'en admirer les plus beaux paysages: champs verdoyants, larges rivières et petits villages traditionnels où la vie suit paisiblement son cours.

3. Le Orosi Lodge

Le matin, à l'Orosi Lodge, on prend le déjeuner sur la terrasse en regardant, au loin, la silhouette de deux grands volcans: Irazú et Turrialba. Tenue par Andreas Veit et Cornelia Neck, un couple d'Allemands établis dans la région depuis 25 ans, cette auberge d'inspiration coloniale est un arrêt chaleureux dans le village d'Orosi, où se trouve la plus vieille église du pays (1743). L'Orosi Lodge sert de bons cafés locaux, une chose qui ne va (étonnamment) pas de soi au Costa Rica, puisque le café de première qualité est surtout exporté.

4. Le parc national Tapanti - Massif de la Mort

C'est un écriteau avec une silhouette de tapir qui annonce l'entrée de ce vaste parc national. Nous n'en avons croisé aucun et c'est peut-être mieux ainsi, car selon notre guide Alexis Alvarado «s'il y a des tapirs, il y a des jaguars». Nous n'avons vu presque personne non plus sur les quelques kilomètres de sentiers accessibles au public. Peu fréquenté, le parc abrite des forêts tropicales millénaires, des forêts nuageuses, des cascades, de larges rivières et une foule d'oiseaux qui font la joie des ornithologues amateurs. Pour s'y rendre depuis Orosi, on doit rouler sur une route cabossée et emprunter un pont «en mauvais état», comme le soulignent bien clairement les panneaux routiers qui le bordent. C'est l'aventure!

5. Dominical

Il faut traverser les beaux paysages de la cordillère de Talamanca pour finalement atteindre le bord de l'océan Pacifique et la petite ville de Dominical à partir de la vallée d'Orosi. Ici, les kiosques de paréos et de souvenirs s'installent chaque jour à l'ombre des palmiers, à quelques pas d'une grande plage de sable gris et de nombreuses écoles de surf, auberges de jeunesse, bars et restaurants. Dominical est un hameau touristique aux rues de terre battue où on débarque généralement avec son maillot, ses amis et son sac à dos. Le coucher de soleil rassemble immanquablement les visiteurs sur la plage.

6. Les plages sauvages

Dominicalito, Hermosa, Uvita.... Dominical n'est que la première d'une longue succession de plages sombres, presque désertes et bordées de cocotiers qui s'étend jusqu'au village d'Ojochal. On donne parfois le nom de Costa Ballena à cette portion de la côte, qui est encore peu influencée par le tourisme de masse. Le long de la route, on croise des villages où il est possible de louer de petites villas ainsi que des kiosques vendant du ceviche et des noix de coco fraîches. Un régal.

7. La communauté d'Uvita

Ceux qui souhaitent découvrir autre chose que la plage et aller à la rencontre des Costaricains (ou Ticos, comme on les surnomme) ont tout intérêt à joindre un des tours culturels de Turismo Cultural Costa Rica, dans la communauté d'Uvita - Bahia Ballena. Notre suggestion? Un cours de cuisine en compagnie de Doña Mauren, qui exploite avec sa famille une ferme biologique. Elle cuisine avec les récoltes du moment, mais vous pourrez sûrement lui demander de vous expliquer comment réussir le «gallo pinto», un met traditionnel simple, mais savoureux composé de riz et fèves noires.

8. Le parc national marin Ballena

À marée basse, ce parc national marin révèle une immense plage qui s'avance dans l'océan et qui a la forme très nette d'une queue de baleine. La nature fait bien les choses: l'endroit a été nommé d'après les baleines à bosse que l'on peut observer au large entre juillet et octobre. Situé officiellement dans la région du Pacifique Sud, le parc Ballena englobe des récifs de corail, des mangroves et des paysages d'une beauté bien difficile à oublier.

Ce voyage a été rendu possible grâce à l'Office de tourisme du Costa Rica.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos