Dans la jungle au Suriname

Suriname - Dans la jungle au Suriname

Dans les rues de ParamariboPhoto Fotolia

Catherine Lefebvre (texte et photos)

Coincé entre les Guyanes anglaise et française, le Suriname cache une histoire des plus fascinantes. Cette ancienne colonie hollandaise située au nord du Brésil rappelle souvent l'Afrique et l'Asie à la fois.

Paramaribo: diversité au pluriel

En sillonnant les rues de la capitale, Paramaribo, il est difficile de reconnaître où nous sommes. L'architecture coloniale des maisons évoque celle de La Nouvelle-Orléans, tout le monde parle néerlandais, les Chinois possèdent les dépanneurs, les Turques et les Libanais s'affairent aux nombreux casinos et les restaurants affichent surtout des menus indiens ou javanais...

C'est en rejoignant notre guide Jordan, qui parle un français impeccable, que nous découvrons l'histoire captivante du Suriname. Les Anglais et les Hollandais se sont échangé la colonie à quelques reprises avant que la Hollande en prenne possession en 1667. Après quoi l'esclavage est responsable de l'abondance de Surinamais d'origine africaine, comme dans plusieurs pays colonisés. Dix ans avant l'abolition de l'esclavage en 1863, les Chinois sont les premiers employés à forfait, suivi des Indiens et des Javanais. Cela explique pourquoi ils sont si nombreux ici, mais c'est tout de même particulier de retrouver autant l'Asie si près de l'Amazonie.

Avec autant de cultures différentes, il est difficile de capter celle typiquement surinamaise. Mis à part le «pom», un mélange de macabo (un tubercule), viande et un soupçon de légumes, il est pratiquement impossible de trouver un autre plat originaire d'ici. Les bamis (nouilles) et nasis (riz) indonésiens eux, sont offerts partout.


Vidéos

Photos