Kenya: «glamping» de brousse

Kenya - Kenya: «glamping» de brousse

L'une des «chambres» du Fairmount Mara Safari ClubPhoto: Courtoisie

Sarah Bergeron-Ouellet | Agence QMI

Dernière mise à jour: 15-11-2012 | 14h05

Quand on s'imagine partir pour un safari en Afrique, on pense tout de suite aux lions rugissants ou à la course des gazelles. Mais l'hébergement au cœur des réserves animalières a lui aussi de quoi faire rêver. Surtout quand il s'agit de «glamping»...

En route

Sur le site internet du lodge, il est écrit que la région du Mara, au Kenya, «n'est pas facilement accessible en voiture». Heureusement, c'est un chauffeur aguerri qui vient de faire bifurquer le Jeep sur la route de terre où un panneau, un peu croche et un peu rouillé, indique : «Fairmount Mara Safari Club: 35 kilomètres» .

Il nous faut près de deux heures pour arriver devant la porte de cet hôtel déployé aux abords de la rivière Mara, un cours d'eau marron bourré de crocodiles et d'hippopotames. Parcourir 35 km en deux heures, cela veut dire traverser beaucoup de crevasses, de roches et de boue, mais aussi des paysages que les visiteurs qui choisissent le transfert en avion n'ont pas l'occasion de voir. Par les fenêtres du véhicule défilent de petites maisons rondes faites de terre et de bouse de vache, des haies de cactus et, puisque nous sommes dans la saison des pluies, le vert éclatant des champs de maïs.

Un monde à part

Le Fairmount Mara Safari Club est situé en bordure de la plus fameuse (et onéreuse) réserve animalière du Kenya, le Maasai Mara. Elle fait environ 1000 km carrés, mais se prolonge de l'autre côté de la frontière, en Tanzanie, où elle prend le nom célèbre de Serengeti. Sise au cœur du pays massaï - la plus célèbre des 42 tribus du Kenya - la réserve abrite tous les animaux sauvages dont rêve le voyageur, des longues girafes aux fameux lions, en passant par les gnous, les léopards, les zèbres et de vénérables troupeaux d'éléphants.

Il existe dans les environs de la réserve de nombreux hébergements pour les touristes venus vivre l'expérience du safari. Ils vont du lodge cinq étoiles au simple terrain de camping. C'est vrai aussi pour la plupart des parcs et réserves du pays, car l'hébergement fait partie intégrante de ce type d'aventure.

Mais ici, l'expression «glamping» - contraction de «glamour» et «camping» - prend vraiment tout son sens. Sur le vaste terrain boisé, chaque couple dispose d'une tente privée avec balcon et vue sur la rivière Mara en contrebas. Lit à baldaquin, salle de bain avec douche chauffée à l'énergie solaire, plancher de tuile, décorations tribales: c'est la tente version grand luxe. Sur un meuble de cuir rappelant une vieille malle de voyage, une note comme celle-ci: «Je m'appelle Joshua, je suis votre assistant personnel».

Le lendemain, à l'aube, c'est lui qui apparaît derrière la porte de toile, avec un plateau de café ou de thé, pour réveiller ses clients qui ont, comme nous, opté pour un safari au lever du soleil.

Au-dessus de la plaine sans fin du Maasai Mara, les couleurs du ciel sont presque aussi impressionnantes que les dizaines d'animaux qui défilent devant les 4x4.

L'après-safari

Une fois l'excursion matinale terminée, l'hôtel propose à ses clients de déjeuner dans le bush. Là, les «aventuriers» sont attendus à une grande table nappée de rouge et profitent d'un buffet en pleine nature. Un garde armé surveille les environs au cas où un animal voudrait s'approcher de trop près, mais durant notre pique-nique, seul le cri des hippopotames remonte de temps en temps des eaux brunes de la Mara.

De retour au lodge, les voyageurs ont le choix: se détendre au bar, reprendre une bouchée au restaurant ou alors profiter de la piscine tout en regardant les singes, plutôt nombreux sur le site, se faufiler à toute allure entre les branches.

Le soir venu, il ne reste plus qu'à s'installer au coin du feu pour déguster un «dawa» ou un autre cocktail kenyan avant de regagner sa tente sous un cortège d'étoiles.


Vidéos

Photos