Bulletin Voyage
Abonnez-vous!
 





Vous êtes ici : canoe.ca > Voyages > Découvrir > Destinations
 
Bienvenue à bord du Transsibérien
Marie-Julie Gagnon - Collaboration spéciale
Photos: Keystone Press


 
L’arrivée de Google Street View a créé une petite révolution chez les voyageurs. Avant même de nous rendre dans une contrée, il nous est maintenant possible de nous balader dans ses rues (si, bien sûr, elle fait partie des coins de pays sélectionnés par le géant américain). Voilà que Google nous invite maintenant à monter à bord du mythique Transsibérien.

L’aventure est possible grâce à l’utilisation de YouTube et des cartes de Google. Russian Railway a également fourni des photos. Musique, radio et livres audio nous sont suggérés pour agrémenter le voyage. On peut également choisir de se laisser bercer par le son ambiant.

Le voyage débute à Moscou. Une fois la première vidéo terminée, la seconde démarre automatiquement. On aperçoit le trajet effectué en suivant le point rouge qui se déplace sur la carte. Pour changer de ville avant la fin de la vidéo, il suffit de cliquer sur l’étoile qui se trouve à côté du nom des villes.

En cliquant pour me rendre sur la page YouTube afin de lire les commentaires des internautes, alors que la seconde vidéo venait de débuter, j’ai rapidement constaté que je n’étais pas la seule à être un peu confuse dans la manière de «vivre» le périple. Un cybervoyageur a même carrément demandé «Is this part 2? In Moscow?» («Est-ce la deuxième partie? À Moscou?)… Pas aussi instinctif qu’on voudrait nous le faire croire.

Si, au départ, j’étais fort enthousiaste à l’idée de monter à bord de ce Transsibérien virtuel, j’ai rapidement déchanté. Un peu long comme voyage quand on a l’impression d’être seul à bord (mais où sont les autres passagers, ne serait-ce que dans la trame sonore?). Je me suis donc rebellée et j’ai voulu sortir. Ne me demandez pas comment, mais j’y suis arrivée! Je me suis ainsi retrouvée perdue dans une rue que je n’ai pas pris la peine d’identifier (d’ailleurs, je suis toujours mystifiée par cette expérience car j’ai pu utiliser Google Street View, ce qu’il m’a été impossible de faire pendant tout le trajet – logique, puisque j’étais en théorie à bord d’un train).

Paniquée devant la route qui se profilait à perte de vue (j’avais virtuellement retiré mes chaussures en prenant place dans ma cabine, alors vous imaginez mes pauvres petons sur l’asphalte), j’ai décidé de remonter à bord et de zapper d’une vidéo à l’autre. La 19e (http://www.youtube.com/user/russiatrain) (Birin River) m’a sortie de mon état semi-comateux (le bruit des rails m’endort à tout coup). Oui, certains paysages sont à couper le souffle, même à travers l’écran cathodique.

Le plus intéressant reste à mon avis les vidéos dans lesquelles une guide nous fait découvrir les différentes escales. Pour ceux qui n’ont pas envie de se taper tout le trajet, sachez qu’il est possible d’accéder directement à la Chaîne Russiatrain sur YouTube.

Bref, une bien belle intention, mais pas de quoi s’exciter la souris. L’expérience du Transsibérien reste donc toujours à vivre dans la réalité…




 
Toutes les destinations
 

À la une
    [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]