Bulletin Voyage
Abonnez-vous!
 





Vous êtes ici : canoe.ca > Voyages > Découvrir > Destinations
 
L'art de vivre en Chine
Extrait du guide Ulysse Comprendre la Chine, par Anabelle Masclet

 
chine art de vivre - L'art de vivre en Chine
Chacun sait que les règles de bienséance diffèrent d’un pays à l’autre: ce qui est la norme ici risque d’être mal perçu là-bas. Comment donc s’y retrouver? Quel que soit le pays, la tenue vestimentaire et l’apparence en général donnent toujours de la personne une première impression, bonne ou mauvaise. La Chine n’échappe pas à la règle. Voici quelques renseignements importants à savoir avant un voyage dans l’empire du Milieu.

FAIRE BONNE FIGURE EN PUBLIC

L’apparence physique
En Chine, il est conseillé, pour ne pas s’attirer des regards interrogateurs, d’éviter de porter des vêtements aux couleurs criardes et des bijoux un peu trop voyants.

Au travail, la nudité féminine demeure encore un tabou: les femmes doivent en général couvrir leurs épaules. Dans les grandes villes, la pudeur perd toutefois du terrain, et les jeunes filles suivent désormais les habitudes de leurs sœurs occidentales.

La tenue de soirée est rare, sauf chez les personnes très fortunées. La plupart du temps, le costume de ville fait parfaitement l’affaire. D’ailleurs, les invitations écrites ne donnent aucune précision sur la tenue à adopter dans les soirées. De même, il n’est pas nécessaire de s’habiller pour aller au théâtre, car l’activité est jugée populaire.

Même si nombre de Chinois attachent une importance primordiale à la propreté des vêtements, ils ne font pas de l’hygiène corporelle une obsession. La douche ou le bain quotidiens ne font pas l’unanimité. De même, l’eau de toilette pour hommes n’a pas encore gagné la faveur du sexe fort: elle reste le privilège des femmes. Seuls quelques riches irréductibles des métropoles osent aujourd’hui s’arroser de parfum.

Aussi sur Canoe.ca:
    Comprendre la Chine


Enfin, les personnes mariées ne portent pas d’alliance. Si vous rencontrez une Chinoise la bague au doigt, c’est sans doute qu’elle a décidé de faire sienne l’habitude occidentale.

Le langage du corps
Certains gestes n’ont pas la même signification en Chine qu’ailleurs dans le monde. Un Chinois peut très bien utiliser son corps différemment de vous pour exprimer un même message. De même, certains comportements parfaitement admis en Occident ont tendance à choquer en Chine.

Le pouce en l’air, le signe et les hochements de tête ont le même pouvoir évocateur qu’en Occident. Pour signifier sa désapprobation, le Chinois lève la main (et non le doigt) et l’agite de droite à gauche. Pour demander à quelqu’un de s’approcher, soit il utilise sa main, soit il bouge les doigts, le bras tendu et la paume de la main vers le bas.

Évitez de montrer quelqu’un du doigt, du pied ou de la tête, sous peine de passer pour un rustre. De même, abstenez-vous de vous affaler sur votre chaise pour ne pas nuire à votre réputation. Les femmes se garderont de mettre les mains sur les hanches, comble de la vulgarité. Ne soyez pas surpris si les Chinois fixent les étrangers avec insistance ou n’hésitent pas à leur toucher cheveux et peau. Bien loin d’exprimer une quelconque hostilité, cette conduite n’est que le signe d’une grande marque d’intérêt à leur égard.

LES DIFFÉRENCES SEXUELLES

Les relations hommes-femmes
Même si la condition de la femme s’est largement améliorée depuis la seconde moitié du XXe siècle (l’égalité des sexes entre dans la Constitution), il existe toujours une grande différenciation entre les sexes. Le conjoint accompagne rarement l’autre conjoint dans les repas d’affaires, contrairement aux habitudes occidentales. De même, partager une chambre avec une personne du sexe opposé sans en être le conjoint est parfois vu d’un mauvais œil, mais rien n’interdit de passer quelques heures dans le salon privé d’un karaoké.

Bien que la société reste largement patriarcale, de plus en plus d’hommes, trop heureux d’échapper un temps au stress de la vie sociale, acceptent d’abandonner la conduite du ménage à leur épouse. Cela dit, un mari commandé par sa femme fait toujours l’objet de railleries. En public, le prestige masculin doit demeurer intact. Aussi, boire et fumer, activités réservées exclusivement aux hommes, sont utiles à préserver sa virilité. Dans les campagnes, les femmes se retirent rapidement d’un repas de famille pour laisser les hommes discuter entre eux, car seules les femmes d’un certain âge sont autorisées à participer à la discussion. Considérées comme de simples bouches à nourrir, certaines rurales désespérées vont jusqu’à mettre fin à leur jour. Dans les régions éloignées, il arrive que d’autres soient vendues comme épouses ou prostituées, sans le moindre espoir de s’en sortir.

Les jeunes couples s’embrassent rarement en public, mais commencent à se tenir la main dans les rues. Une relation sexuelle hors mariage pendant ses études à l’université est passible d’exclusion. Un Occidental désireux de fréquenter une Chinoise doit franchir bien des obstacles: la discrétion prévaut pour éviter les ennuis. Comme la prostitution est interdite, méfiez-vous des prostituées qui, de mèche avec la police, s’amusent à attirer les clients dans des guets-apens.

Les stéréotypes sexistes subsistent dans le pays. La taille, la corpulence et le comportement des Occidentales déconcertent encore plus d’un Chinois. La femme en effet est tenue de se conformer à un certain idéal. Douce, raffinée et modeste, elle doit fuir la vulgarité et éviter d’élever la voix ou de faire de grands gestes. Dans le milieu du travail, les hommes sont souvent recrutés plus facilement que les femmes et mieux rémunérés.

L’homosexualité
Bon nombre de Chinois considèrent l’homosexualité comme une honte. Comme la tradition confucianiste veut que tout le monde s’assure une descendance, certaines personnes acceptent de se marier et de faire un enfant avant de divorcer pour pouvoir vivre leur homosexualité. Longtemps assimilée à un trouble psychique, l’homosexualité faisait encore partie de la liste des maladies mentales jusqu’en 2001.

Les homosexuels trouvent souvent très difficile de se lier d’amitié avec d’autres personnes. Quelques courageux osent afficher publiquement leur préférence sexuelle, mais la plupart préfèrent rester discrets. Des structures non officielles (comme une hot line à Pékin) ont été mises en place pour leur permettre de trouver un soutien affectif. Toutefois, avec l’ouverture du pays, les mœurs évoluent. Les bars − identifiés à l’entrée par un arc-en-ciel, symbole de la communauté homosexuelle − et les lieux de rencontre pour homosexuels font leur apparition, de même que les cours universitaires sur la question. Le mariage homosexuel est cependant toujours interdit. Même s’ils ne sont plus considérés comme déviants, les homosexuels sont encore loin d’être acceptés par la société chinoise.

LES SALUTATIONS

En chinois, le nom de famille précède toujours le prénom (à deux caractères, la plupart du temps). Ainsi, Long est le nom de famille de Long Ailian, et Ailian son prénom. Les femmes mariées ne prennent jamais le nom de leur mari.

Dans une conversation, les Chinois entre eux font précéder le nom de famille ou le prénom d’un terme de politesse lié à l’âge: par exemple, lao pour «honorable vieillard» ou xiao pour «honorable jeune personne». Dans vos relations, utilisez le nom de famille accompagné de «mademoiselle» (xiaojie), de «madame» (taitai), de «monsieur» (xiansheng) ou du titre professionnel. Les prénoms sont rarement utilisés dans la vie courante, sauf entre bons amis. «Camarade» (tongzhi) est à proscrire, à moins que vous ne désiriez déclencher l’hilarité générale.

Des règles à respecter
Quelques conseils s’imposent pour éviter les bévues au cours des premières rencontres.

Évitez les accolades (réservées aux amis intimes ou adoptées en certaines circonstances particulières comme les adieux), les embrassades et les baisers (qui mettront mal à l’aise vos partenaires). La poignée de main est la manière la plus courante de saluer. Le serrement est généralement prolongé. Si vous avez affaire à une personne d’autorité ou plus âgée que vous, enveloppez de la main gauche les deux mains serrées. Si la personne s’incline légèrement, c’est par déférence à l’égard de son interlocuteur. Toucher le bras de quelqu’un tout en lui parlant témoigne d’une grande familiarité. Évitez donc tout contact physique en dehors de la poignée de main. Les femmes quant à elles se garderont de frôler un moine bouddhiste, summum de l’indécence.

Entre gens du même sexe, il est fréquent de se mettre la main sur l’épaule, de se tenir par la taille, par la main ou le petit doigt. N’y voyez rien d’autre qu’un signe d’amitié.

Apprenez que les distances entre les gens sont plus rapprochées en Chine qu’en Occident. Rien donc de plus naturel que de voir quelqu’un vous coller de près pour vous adresser la parole.

LES SUJETS TABOUS

Les questions d’ordre politique
Même s’il est permis de poser toutes sortes de questions au cours d’un premier entretien, certains sujets sensibles ne devraient pas faire l’objet de débats. Parmi eux, on compte la question du Tibet, l’indépendance de Taiwan, les droits de l’homme, les événements de Tiananmen ainsi que le groupe spirituel Falun Gong. Évitez également de critiquer ouvertement votre pays. Vous ne réussirez qu’à mettre mal à l’aise votre interlocuteur.

Les questions d’ordre privé
En général, la sphère privée connaît peu de tabous. Toutefois, les discussions portant sur le sexe sont malvenues. Si les Chinois ont bien le sens de l’humour, ils ne souriront à vos plaisanteries grivoises que par courtoisie.

Abstenez-vous également de faire étalage du montant de votre salaire devant des collègues de travail chinois, sous peine d’exciter la jalousie ou de vous attirer le ressentiment.

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

La Chine
Superficie: 9 590 000 km2

Démographie
Population: 1 295 330 000 hab. (22% de la population mondiale)
Densité: 135 hab./km2 (Canada: 3 hab./km2, France: 96 hab./km2)
Population urbaine: 39,1%
Les plus grandes villes: Shanghai (16 740 000 hab.), Pékin (13 820 000 hab.), Canton (10 150 000 hab.)
Langues: mandarin (ou putonghua, langue officielle), cantonais, wu, hsiang, min
Composition ethnique: han 91%, 55 nationalités minoritaires reconnues
Espérance de vie: 74,3 ans pour les femmes; 70,3 ans pour les hommes
Répartition hommes/femmes: hommes 52,1%; femmes 47,9%
Étudiants diplômés d’un cycle universitaire en 2004: 2,8 millions
Taux de chômage: 7%

Indications de consommation et de développement
Lignes téléphoniques pour 1000 hab.: 86
Téléphones cellulaires pour 1000 hab.: 10
Ordinateurs pour 1000 hab.: 12
Voitures particulières pour 1000 hab.: 3
 
Toutes les destinations
 


À la une
    [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive] [an error occurred while processing this directive]