André Boily
Agence QMI

Avions de ligne sans pilotes, des prix plus bas et des milliards d'économies, mais...

Avions

Le Boeing 737 Max

André Boily

La banque suisse UBS vient de publier une nouvelle étude sur la perspective de voyager à bord d'avions de ligne sans pilotes. Selon celle-ci, le pilotage entièrement automatisé ferait économiser quelque 35 milliards $ par année et baisser les prix des billets... sauf que le sondage indique aussi que la clientèle est plutôt réticente à monter à bord d'avions robotisés.

On connaît les développements quasi hebdomadaires des technologies de conduite autonome pour l'automobile, mais les avions de ligne vont aussi connaître le même sort pour la simple raison que les enjeux sont énormes.

En somme, le recours à des systèmes de pilotage entièrement automatisés ferait épargner près de 35 milliards annuellement aux compagnies aériennes notamment par des parcours de vols optimisés, des économies de carburant et l'élimination des pilotes de ligne et des coûts liés à leur formation. L'étude de la banque UBS, reprise par les médias électroniques, indique également des profits doublés pour les propriétaires des compagnies aériennes.

Le hic, le public

Des 8000 personnes interrogées par le sondeur de la banque UBS (Union des banques suisses), plus de la moitié disent qu'ils ne voyageraient pas à bord d'avions sans pilotes même si le prix des billets était moins cher.

Globalement, seulement 17 % d'entre eux monteraient à bord de tels avions, mais si l'échantillon était réduit aux jeunes de 18 à 24 ans, le taux grimpe à 27 % et à 31 % pour ceux entre 25 et 34 ans.

Deux, puis un, puis aucun

Les technologies et systèmes pour avion sans pilote existent notamment dans les drones de l'aviation militaire, sans oublier de nombreux projets de véhicules aériens robotisés. Selon le journal The Guardian, Boeing teste des avions sans pilotes dans des simulateurs et que l'intelligence artificielle pourrait remplacer plusieurs décisions prises habituellement par les pilotes. Les avions-cargos seraient les premiers à utiliser des technologies sans pilotes.

D'ici là, on pourrait voir le nombre de pilotes passer de deux à un dans les cockpits, jusqu'à ce que ce dernier soit ultimement remplacé par des algorithmes.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos