Gentside Découverte

Cette île écossaise fonctionne aux énergies renouvelables

Cette

L'île d'Eigg en Écosse.

Située dans les îles Small en Écosse, la petite île d'Eigg fait figure d'exemple en matière d'énergies renouvelables. En 2008, elle est devenue la première communauté mondiale à lancer son propre système électrique alimenté grâce aux énergies solaire, éolienne et hydraulique.

Alors que les énergies renouvelables continuent de gagner du terrain, certaines régions ont pris une vraie longueur d'avance dans le domaine, au point de faire figure d'exemple à travers le monde. C'est le cas d'Eigg. Cette petite île écossaise située dans l'archipel des Hébrides intérieures est aujourd'hui alimentée presque uniquement grâce aux énergies renouvelables. 

C'est en 2008 que la population d'Eigg a entamé sa conversion. L'île étant relativement isolée, elle ne pouvait auparavant pas bénéficier du réseau électrique national. Pour s'alimenter en électricité, elle devait ainsi faire appel à des générateurs diesel. Une source qui était non seulement bruyante et coûteuse mais qui ne fonctionnait aussi que quelques heures par jour.

Pour y remédier, Eigg qui s'étend sur 30 km2, a décidé de créer son propre système électrique alimenté uniquement avec des énergies renouvelables. Près de dix ans plus tard, l'opération est un succès.   

Une savante combinaison des énergies 

Alors que les habitants ne disposaient avant que d'électricité limitée, le système les alimente maintenant 24 heures sur 24, ceci grâce à une savante combinaison de trois énergies : solaire, éolienne et hydraulique. Les trois sources sont employées selon un équilibre minutieux qui permet d'obtenir un réseau à haut-tension souterrain stable.

L'énergie éolienne est obtenue à partir de quatre turbines installées sur une falaise de 390 mètres d'altitude. Celles-ci peuvent fournir jusqu'à 24 kilowatts d'énergie au réseau, d'après un journaliste de la BBC qui a pu observer le système. Cette installation est complétée un peu plus au nord par des panneaux solaires avec une capacité de 50 kilowatts.

Trois générateurs hydroélectriques tirant leur énergie de l'eau s'additionnent au tout. Le plus imposant génère jusqu'à 100 kilowatts tandis que les deux autres produisent 5 à 6 kilowatts chacun. En moyenne, ce système permet à Eigg et ses habitants de tirer 90 à 95% son électricité des énergies renouvelables.      

Géré par les habitants eux-mêmes

En faisant appel aux trois énergies, Eigg parvient à  s'alimenter tout au long de l'année, en surmontant les difficultés potentielles liées à la météo. Toutefois, il arrive que les conditions ne soient réellement pas coopératives. Dans ce cas, l'île utilise deux générateurs de secours de 70 kilowatts chacun. 

A l'inverse, il arrive que certains mois, généralement en hiver, le système produise plus d'électricité que les habitants n'en ont besoin. Dans ce cas, celle-ci est stockée et des chauffages électriques s'activent automatiquement pour réchauffer certains lieux, dont une salle communale et deux églises. Mais l'aspect encore plus remarquable de ce système est qu'il est géré par les habitants eux-mêmes via une compagnie appelée Eigg Electric.

«Le système entier est dirigé par et pour l'île», a expliqué à  la BBC, John Booth, designer du système et ancien directeur de Eigg Electric. Chaque habitant est ainsi invité à utiliser l'énergie de façon responsable et ne pas dépasser un total simultané de 5 kilowatts, ce qui équivaut environ à faire fonctionner une bouilloire et une machine à laver en même temps. 

La limite est fixée à 10 kilowatts. Lorsqu'elle est dépassée, l'électricité est coupée et l'habitant doit contacter Eigg Electric pour la réactiver. Il doit également payer une amende de 20 livres (environ 23 euros), ce qui arrive rarement, a précisé John Booth. 

Une inspiration à  travers le monde

Au cours des 20 dernières années, l'île a vu sa population passer de 65 à 100 habitants. De nouvelles maisons et affaires ont été construites. Pourtant, le système continue de fonctionner. Face à un tel succès, Eigg est devenue un exemple à  travers le monde et a déjà attiré plusieurs communautés venues de loin.

Des groupes du Brésil et du Malawi ont notamment voyagé pour voir si le système pourrait être adapté à d'autres communautés isolées et n'ayant pas accès au réseau national.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos