AFP

Un museau artificiel pour «sniffer» les bombes

C'est un fait: les chiens ont un odorat, un flair incroyable. Des chercheurs ont eu l'idée d'adapter les techniques de reniflement du meilleur ami de l'homme aux détecteurs d'explosifs, augmentant largement leur efficacité.

«Nous avons constaté qu'en imitant la façon dont un chien renifle, nous pouvons améliorer les performances des systèmes de détection de vapeurs d'explosif», explique à l'AFP Matthew Staymates, de l'Institut national des normes et de la technologie de Gaithersburg au Maryland.

Contrairement aux détecteurs disponibles sur le marché, le chien n'aspire pas l'air en continu, il enchaîne expirations/inspirations à un rythme allant jusqu'à cinq respirations par seconde, selon l'étude publiée jeudi dans Scientific Reports.

À chaque expiration, des jets d'air, dirigés vers le bas et vers l'extérieur, sortent des deux narines du chien. «Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, les jets d'air attirent de l'air chargé de vapeur vers les narines», note l'étude. En toute discrétion, l'animal utilise la dynamique des fluides pour mieux sentir.

Se basant sur ces résultats, Matthew Staymates et ses collègues ont fabriqué, à partir d'une imprimante 3D, un faux nez de Labrador retriever femelle en plastique, qui «renifle» comme le chien.

Après avoir appliquer ce «nez» à un détecteur d'explosif, les chercheurs ont constaté que la modification augmentait de 16 fois la capacité de détection du dispositif (quand il est placé à 4 cm de la source).

Une découverte qui selon Matthew Staymates pourrait améliorer la détection des explosifs, des narcotiques, des léléments pathogènes, voire des cancers.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos