Canoë

Contrôler une nuée de drones... par la pensée!

Contrôler

George Karavas, étudiant au doctorat en génie mécanique. Capture d'écran / Arizona State University

Thème cher à la science-fiction, le contrôle d'ordinateurs ou de robots par la pensée est de plus en plus étudié dans les laboratoires d'ingénierie d'un bout à l'autre de la planète. Si contrôler un curseur de souris à l'écran ou un bras robotisé par la seule volonté de l'esprit sont des technologies désormais bien acquises, le contrôle de plusieurs robots à la fois, lui, est encore en développement.

À l'Université d'État de l'Arizona, une équipe de chercheurs travaille à franchir cette nouvelle étape. «L'un des grands projets sur lequel nous travaillons, c'est comment franchir le fossé qui sépare l'humain de la machine, particulièrement lorsqu'on a affaire à plusieurs robots», a expliqué le professeur Panagiotis Artemiadism dans une vidéo.

Pour ce faire, l'équipe a mis au point un casque doté de 128 électrodes branchées directement sur le cerveau, peut-on lire dans le Science News Journal. «Nous utilisons des algorithmes sophistiqués pour interpréter ce qu'une personne pense», a précisé George Karavas étudiant au doctorat en génie mécanique. L'information est alors relayée par connexion Bluetooth drones qui sont utilisés par l'équipe.

Plus impressionnant encore, les ingénieurs cherchent à faire travailler les drones en équipe, pour parvenir à un même objectif.

«Le but, pour les prochaines années, est de développer une équipe hybride de drones au sol et aérien [...]. Nous contrôlons présentement de trois à quatre drones à la fois. Nous voulons le faire avec des dizaines, voire une centaine», s'est enthousiasmé le professeur Artemiadis.

Notamment, les chercheurs imaginent un drone volant travaillant de concert avec un robot au sol, pour le soulever et le transporter s'il rencontre un obstacle.

Chose certaine, les drones suscitent de plus en plus d'intérêt, et pas seulement pour les militaires ou les photographes. De nombreuses entreprises, dont Amazon, étudient leur potentiel pour effectuer des livraisons de colis, tandis que d'autres envisagent leur utilisation pour mener des opérations de sauvetage

Qui sait... peut-être que dans quelques années, en lieu et place de chiens secouristes, on verra débarquer des techniciens bardés d'électrodes sur les lieux de sinistres, aux commandes d'une nuée de drones prêt à fouiller les décombres...

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos