Gentside Découverte

Hubble identifie des étoiles... «monstrueuses»

Les plus belles images captées par Hubble

Voir en plein écran
Previous Next

Avec ses 1,3 million de kilomètres de diamètre, le Soleil peut paraitre très impressionnant. Pourtant, il n'est pas grand chose face à certaines étoiles de l'Univers. Le télescope spatial Hubble vient une nouvelle fois d'en apporter la preuve, en découvrant de véritables «monstres» à 170 000 années-lumière de la Terre.

Au nombre de neuf, les astres se situent plus précisément dans la nébuleuse de la Tarentule au sein du Grand Nuage de Magellan. Ils font tous partie d'un même amas, R136. Relativement jeune, ce dernier est connu pour abriter de nombreuses étoiles extrêmement massives, chaudes et lumineuses. C'est pourquoi les astronomes ont décidé d'utiliser les objectifs d'Hubble pour le scruter davantage, et ils n'ont pas été déçus. 

De multiples mastodontes au sein d'un même amas

Les neuf étoiles identifiées présentent toutes une masse 100 fois supérieure à celle du Soleil. Plus impressionnant encore: ensemble, elles brillent 30 millions de fois plus que notre astre. Une nouvelle découverte qui s'ajoute aux précédentes trouvailles réalisées au sein de R136.

En 2010, des scientifiques ont en effet montré l'existence de quatre étoiles dans R136 dont la masse équivaut à 150 fois celle du Soleil. À l'époque, ces propriétés extrêmes ont surpris car elles dépassaient largement la limite de masse généralement acceptée pour ce type d'étoile. La nouvelle découverte confirme ainsi leur existence mais ne fait pas figure de record.

À ce jour, la plus grosse étoile détectée dans R136 se nomme R136a1. D'une masse de 250 fois celle du Soleil, elle est même l'étoile la plus massive connue dans l'Univers. Loin devant les neuf récemment identifiées qui forment elles le plus vaste ensemble d'étoiles très massives jamais découvert.

Pour en arriver là, les scientifiques ont utilisé l'ultraviolet afin de repérer la signature de ces étoiles qui éjectent une quantité considérable de matière dans leur environnement. En plus des neuf autres, cela a permis de détecter une douzaine d'étoiles 50 fois plus massives que le Soleil.

Une formation qui reste floue

Désormais, les astronomes entendent poursuivre leur étude pour tenter de percer le secret de formation de ces mastodontes. «Il y a eu des suggestions expliquant que ces monstres résultent de la fusion d'étoiles moins extrêmes dans des systèmes binaires proches», explique dans un communiqué Saida Caballero-Nieves, co-auteur de l'étude de l'Université de Sheffield.

«De ce que nous savons aujourd'hui au sujet de la fréquence de ces fusions massives, ce scénario ne peut pas expliquer toutes les étoiles vraiment massives que nous voyons dans R136, donc il semblerait que de telles étoiles puissent résulter du processus de formation des étoiles», poursuit-il. De plus amples observations pourraient permettre d'en savoir plus.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos