Gentside Découverte

Une «étoile de la mort» anéantit son système planétaire

Une

Représentation d'un corps en destruction gravitant autour de la naine blanche. Capture d'écran Gentside

Les astronomes l'ont surnommé «l'étoile de la mort» et pour cause, cette naine blanche répertoriée sous l'appellation WD 1145+017 est en train de détruire son propre système planétaire. Le redoutable pouvoir d'anéantissement de l'astre a été mis en évidence par une équipe de recherche et a fait l'objet d'une publication dans l'Astrophysical Journal Letters

L'étoile a été repérée pour la première fois en octobre dernier par des scientifiques du centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian. Les observations recueillies par le télescope Kepler de la NASA suggèrent que celle-ci se situe à 570 années lumière de la Terre, dans la constellation de la Vierge.

Une baisse périodique de la luminosité

Le dispositif a également détecté une singularité périodique dans la luminosité émise par la naine blanche. Cette obstruction n'a rien à voir avec le passage d'une exoplanète, caractérisée par une baisse de la quantité de lumière puis un retour rapide au niveau normal.

Dans le cas de WD 1145+017, la luminosité diminue mais ne ré-augmente que très doucement. Les astronomes ont ainsi supposé qu'il s'agissait d'un corps planétaire de la taille d'un gros astéroïde gravitant autour de l'astre. Il serait suivi d'une queue de débris semblable à celle d'une comète. Autant d'éléments attestant qu'il est en pleine désintégration.

Pour en savoir plus sur le phénomène, les astronomes ont observé sept mois plus tard la part de lumière bloquée provenant de la naine blanche avec le télescope national thaïlandais. Les données récoltées au cours de cette initiative suggèrent que l'étoile de la mort a continué entre temps son activité destructrice.

Plusieurs débris

Les résultats indiquent en effet la présence non plus d'un mais de plusieurs objets en orbite autour de l'étoile. «Nous avons identifié six débris, mais il y en a nettement plus – peut être 10 ou 15», a déclaré Boris Gà¤nsicke, auteur principal de l'étude. Selon lui, il s'agirait principalement d'énormes nuages de gaz et de poussières résultant de la destruction de corps rocheux.

«La quantité moyenne de lumière bloquée par les matériaux autour de la naine blanche est passée de 1 % à 10-11 %», a ajouté le scientifique. Cette situation est un exemple de ce qui pourrait se produire dans notre propre système solaire d'ici plusieurs milliards d'années. Le Soleil est voué à finir de la même manière que WD 1145+017: une naine blanche destructrice anéantissant toutes les planètes qui l'entourent. 

Désormais, l'équipe entend poursuivre son étude du système de l'astre pour voir comment celui-ci va évoluer et combien de temps il faudra avant que tout disparaisse. Il prévoit également de scruter l'espace à la recherche de systèmes similaires.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos