Gentside Découverte

Les secrets de l'astéroïde tueur de dinosaures révélés?

Astéroïdes: les cratères d'impact les plus démesurés de la Terre

Voir en plein écran

Situé dans la péninsule de Yucatà¡n du golfe du Mexique, le cratère de Chicxulub, a toujours fasciné les scientifiques. Cet énorme site, d’environ 180 kilomètres de diamètre, est en effet tout ce qui reste de l’impact de la météorite supposée être en partie responsable du cataclysme écologique ayant mis fin à l’existence des dinosaures il y a 66 millions d’années.

Pour tenter d’en percer les mystères, une équipe de géoscientifiques de l'université du Texas à Austin, a finalement obtenu l’autorisation d’effectuer un forage dans cette région du globe. Un projet pour le moins ambitieux qui se chiffre à près de 10 millions de dollars.

Une mission de taille

«C’est le rêve de toute une vie qui se réalise», a confié au magazine Science Joanna Morgan, géophysicienne et co-responsable de l’initiative. Avec son collègue Sean Gulick, celle-ci espère parvenir à retracer le scénario survenu après le choc du gigantesque astéroïde dont l’envergure a été estimée à une dizaine de kilomètres de diamètre.

La mission qu’ils dirigeront tous les deux se déroulera sur deux mois. Elle débutera par une phase préparatoire, prévue pour la fin de mars, au cours de laquelle sera acheminé par bateau l’équipement nécessaire pour construire la plateforme. Celle-ci sera édifiée à 30 kilomètres au large de la côte du Yucatan.

Le site en question a été choisi car il se trouve au niveau de l’un des anneaux rocheux constituant le cratère de Chicxulub. Une fois la plateforme réalisée, l’équipe pourra procéder à l’extraction, au début du mois d’avril. Au cours de cette opération, la foreuse traversera près de 500 mètres de roches calcaires, puis 1000 autres mètres de roches en profondeur.

Récolter des indices pour retracer le scénario

Le forage devrait permettre de remonter à la surface plusieurs carottes de trois mètres de long chacune. En analysant ces prélèvements, les spécialistes pourront mettre en évidence les changements dans les différentes roches du bassin induits par l’impact de la météorite.

Les chercheurs envisagent également de récolter tous les microfossiles conservés dans ces dépôts ainsi que les fragments d’ADN. De cette manière, ils pourront observer comment la vie a recolonisé les fonds marins après l’impact de l’astéroïde. «Nous nous attendons à découvrir d’abord une période sans trace de vie puis un retour de la vie et une augmentation de la diversité à travers le temps» a expliqué Sean Gulick à la CNN.

Le cataclysme, à l’énergie équivalente à un milliard de bombes atomiques, est en effet censé avoir fait disparaitre plus ou moins directement l’équivalent de 75 % des espèces terrestres. Si cette extinction de masse a fait l'objet de nombreuses études, les scientifiques tentent encore d'en déterminer le scénario exact. 

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos