Gentside Découverte

Le tableau périodique accueille quatre nouveaux éléments

Le

Illustration d'un tableau périodique. Capture d'écran Gentside

Le tableau périodique, ou table de Mendeleïev, a changé de visage. La septième ligne où se trouvait traditionnellement quatre espaces vides a été complétée. Cette nouvelle version a été officiellement approuvée le 30 décembre par l'Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA).

L’institution a vérifié et adopté l’arrivée de quatre éléments chimiques qui ont temporairement été nommés ununtrium (UUT ou élément 113), ununpentium (Uup, élément 115), ununseptium (UUS, élément 117), et ununoctium (Uuo, élément 118). Pour les chimistes du monde entier, il s’agit d’une découverte de taille, encore mieux «qu'une médaille d'or olympique», la dernière dernière remontant désormais à 2011.

Les éléments de la table de Mendeleïev sont ordonnés par numéro atomique croissant, sur la base de la quantité de protons présents dans leur noyau atomique. Ainsi, il est possible de théoriser l’existence d’éléments encore inconnus correspondant aux espaces vides du tableau.

Des éléments superlourds et instables

Les nouveaux éléments validés par l'UICPA n’ont cependant pas été faciles à découvrir et pour cause, ils sont dits «superlourds» et par conséquent instables. Parce qu’ils diminuent très rapidement, il est presque impossible de les trouver à l’état naturel sur Terre. Ces éléments existent seulement une fraction de seconde avant de se désintégrer en atomes plus légers.

Pour les identifier, les scientifiques ont été obligés de les recréer artificiellement dans leurs laboratoires. Un processus qui peut prendre des années. «Nous travaillons sur des atomes d'un genre, nous les accélérons à des vitesses fulgurantes puis nous les brisons sur une cible», a expliqué à la BBC Andrea Sella, un des chercheurs à la base de cette incroyable performance.

La découverte des éléments 115, 117 et 118 a été attribuée à une équipe de chercheurs de l'Institut unifié de recherches nucléaires de Doubna (Russie) et des laboratoires nationaux de Lawrence Livermore (Californie). L’identification de l’élément 113 a quant à elle, été réalisée par des scientifiques de l'institut RIKEN au Japon.

Des noms définitifs à proposer

Les éléments chimiques faisant désormais partie du tableau périodique, les équipes ont pour mission de soumettre un nom définitif et un symbole à chacun d’entre eux. Selon l’UICPA, chaque proposition peut s’inspirer d’un concept mythologique, d’un minéral, d’un lieu ou d’un pays, d’une propriété ou d’un scientifique.

L’institution se réserve les droits d’examiner les appellations pour les approuver définitivement. Selon Jan Reedijk, président de la division chimie inorganique de l'IUPAC, le processus ne devrait pas prendre plus de cinq mois. Il conclut: «la communauté de la chimie est impatiente de voir son tableau le plus cher ainsi complété jusqu’à la septième ligne.» 

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos