Pascale Mollard-Chenebenoit
AFP

Mystérieuses ravines de Mars: la piste de l'eau liquide écartée

Mystérieuses

Photo NASA

Pascale Mollard-Chenebenoit

PARIS - C'est de la glace carbonique, et non des écoulements d'eau liquide, qui serait responsable des intrigantes ravines observées sur les pentes de Mars, affirment des chercheurs. Inutile donc d'espérer, selon eux, y trouver d'éventuelles formes de vie sur la planète rouge.

Publiée lundi dans la revue Nature Geoscience, cette étude française ne contredit pas les annonces spectaculaires de la NASA fin septembre, selon lesquelles de l'eau liquide, sous forme de «ruisseaux de saumure», coulerait par moment dans certaines régions de Mars.

«Notre étude n'a pas de lien» avec les découvertes de la NASA, précise l'un de ses auteurs, l'astrophysicien Cédric Pilorget.

Les ravines qui ont été étudiées par les chercheurs français, sont généralement présentes aux moyennes latitudes de Mars, sur les pentes froides, orientées vers les pôles jusqu'à 30 degrés de latitude. Les annonces de la Nasa portaient sur des traces sombres que l'on trouve sous les tropiques durant l'été, sur les pentes les plus chaudes de Mars.

Depuis les années 2000, les satellites en orbite autour de Mars ont envoyé des images montrant la présence de chenaux et d'écoulements de débris, qui font penser à ceux créés sur Terre par l'action de l'eau sur les pentes, par exemple en montagne. La formation de ces ravines semble récente au regard de l'âge du système solaire: elles paraissent âgées de quelques millions d'années à seulement quelques années.

À l'époque, cela a «relancé l'idée que des quantités non négligeables d'eau liquide, potentiellement propice à une forme de vie, pouvaient se former sur la planète Mars aujourd'hui», rappelle le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) français dans un communiqué.

Mais récemment, des images de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter ont commencé à remettre en cause le rôle de l'eau liquide dans la genèse des ravines.

Puissants jets de gaz

Elles ont montré que de nouveaux chenaux se formaient à des saisons où les températures étaient beaucoup trop basses pour que de l'eau, même salée, puisse former un écoulement liquide. «À -135 degrés Celsius, c'est impossible», déclare François Forget, chercheur CNRS au Laboratoire de météorologie dynamique (LMD).

En revanche, l'apparition des chenaux semblait se produire lorsque de la glace carbonique, qui se formait l'hiver par la condensation du CO2 (principal composant de l'atmosphère martienne), était présente sur le sol de la planète.

«Nous avons créé un simulateur numérique de l'environnement sur différentes pentes de la planète Mars, prenant en compte notamment les échanges thermiques et les échanges gazeux», explique M. Forget. «Cela nous a permis d'établir un scénario crédible» selon lequel les ravines sont créées par la glace carbonique (CO2, dioxyde de carbone), ajoute-t-il.

Au printemps, les rayons du Soleil passent au travers de la couche de glace carbonique translucide et la chauffent par la base. Cette glace se sublime et se transforme directement en gaz, soulignent les chercheurs.

Celui-ci s'accumule, la pression augmente considérablement dans le proche sous-sol et finit par fracturer la glace de surface. De puissants jets de gaz s'échappent. Ces flux sont capables de provoquer des éboulements et des coulées, ajoutent-ils.

L'eau liquide, un des éléments clés pour l'apparition de la vie, «ne serait pas impliquée dans la formation des ravines. Ces travaux remettent donc en question l'idée que ces régions aient pu être propices à la vie dans un passé récent», selon le CNRS.

Pour le chercheur Colin Dundas, le modèle développé par les deux Français colle bien avec un certain nombre d'observations sur les ravines. Mais il n'explique pas tout. «Ce serait étonnant si un seul phénomène était à l'oeuvre dans la formation des ravines», relève ce géologue de l'Université d'Arizona (États-Unis).

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos