Gentside Découverte

Une planète se fait pulvériser par son étoile

Une

Représentation de la planète pulvérisée par son étoile. Capture d'écran Gentside

La vie sur cette petite planète doit être, disons, mouvementée! En effet, des scientifiques du centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian viennent de mettre en évidence sa délicate situation: elle est actuellement désintégrée par l'étoile autour de laquelle elle tourne.

Cette étoile porte le nom de WD 1145+017, et a pu être étudiée par Andrew Vanderburg grâce au télescope Kepler de la NASA. Et il ne s'agit pas d'un astre bien particulier: une naine blanche, le résidu d'une étoile en fin de vie, d'une taille proche de celle de la Terre, mais avec une masse comparable à celle du Soleil.

Le petit corps planétaire qui tourne autour d'elle est à la merci de la température gigantesque qu'elle dégage, et de sa force gravitationnelle destructrice.

Une planète devenue «comète»

À la base de cette découverte, il y a une observation étrange. En règle générale, le passage d'une exoplanète entre son étoile et nous peut être détectée par la diminution soudaine de la luminosité émise par l'astre, suivie de son retour rapide à un niveau normal. Mais pour WD 1145+017, la quantité de lumière reçue baisse toutes les quatre heures et demi, mais ne ré-augmente que très doucement.

Aussi, Andrew Vanderburg en a déduit qu'un objet de la taille d'un gros astéroïde devait tourner autour de l'étoile, très près d'elle, et être suivie par une queue de débris, comparable à celle d'une comète. C'est justement cette proximité avec la naine blanche et sa puissante force gravitationnelle qui entraîne la désintégration progressive de la petite planète.

Les astronomes du centre d'astrophysique Harvard-Smithsonian ont précisé dans leur communiqué qu'il s'agit du tout premier corps planétaire découvert en orbite autour d'une naine blanche. Bien que l'existence de tels objets soit suspectée depuis des années.

Le dernier repas de l'étoile

En effet, les scientifiques avaient déjà noté que l'atmosphère de certaines naines blanches n'était pas aussi pure que ce à quoi ils s'attendaient. Au lieu de ne contenir que de l'hydrogène et de l'hélium, elle est parfois «polluée» par du calcium, de la silice ou du fer.

Voilà plusieurs années que l'on pense que ces éléments étrangers viennent de corps planétaires digérés par l'étoile. Selon Andrew Vanderburg, les travaux de son équipe viennent donc justement de valider cette théorie: «Nous avons maintenant une bonne preuve reliant la pollution des naines blanches à la destruction de planètes rocheuses».

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos