Gentside Découverte

Le Phénix, un étrange amas de galaxies qui intrigue

Le

Amas du Phénix. Capture d'écran Gentside

C'est une structure spatiale qui aime battre des records. Lorsque les astronomes ont découvert l'amas de galaxies du Phénix en 2012, ils ont mis la main sur un système unique en son genre. En effet, il y ont observé le rythme de formation d'étoiles le plus rapide de tous les amas de galaxies connus à ce jour.

Les gaz y refroidissent aussi à une vitesse jamais observée ailleurs dans l'Univers. Enfin, c'est l'amas de galaxies qui produit le plus de lumière rayons X. En règle générale, les amas de galaxies ont un comportement très différent. Ils abritent en leur centre un trou noir super massif, environ mille fois plus grand que celui au centre de notre galaxie, qui empêche les gaz présents dans la galaxie de se refroidir.

Ceci limite grandement la vitesse de formation de nouvelles étoiles. D'ailleurs, l'amas du Phénix porte ce nom car il se trouve dans la constellation du Phénix, mais aussi parce qu'il se comporte comme un amas qui serait «revenu à la vie». Les spécialistes préfèrent eux l'appeler SPT-CLJ2344-4243.

Récemment, de nouvelles observations ont permis de faire la lumière sur les étranges caractéristiques de cet objet.

Les filaments et les cavités dans l'amas du Phénix

Ces dernières années, des scientifiques de la NASA et de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont poursuivi l'étude de SPT-CLJ2344-4243 en observant les différents types de lumière qu'il émet: rayon X, visible et ultraviolet.

Ainsi, l'observation de la lumière visible de l'amas du Phénix a permis de mettre en évidence de gigantesques filaments lumineux partant du centre vers l'extérieur. Dans un communiqué, les chercheurs ont indiqué qu'ils devaient mesurer entre 160 000 et 330 000 années-lumière, ce qui est plus grand que l'envergure totale de la Voie lactée elle-même. Ce sont même les plus grands filaments lumineux observés à ce jour.

Et ces filaments entourent justement d'autres caractéristiques mises en évidence par les scientifiques: les cavités de rayons X. Ce sont des zones où l'émission de lumière rayons X est bien plus faible qu'ailleurs autour de SPT-CLJ2344-4243. Les astronomes pensent que ces cavités ont été creusées par des jaillissements de particules de haute énergie produits par le trou noir supermassif central de l'amas de galaxies.

Il s'agirait alors de l'événement le plus énergétique jamais observé dans notre Univers.

Un trou noir en pleine «crise d'identité»

Les trous noirs expulsent généralement de l'énergie de deux manières: avec des jaillissements qui poussent mécaniquement la matière aux alentours, ou sous forme de lumière visible, optique ou rayons X. Dans le second cas, les trous noirs produisent ce que l'on appelle des quasars, qui sont les objets les plus lumineux de la galaxie.

Dans l'amas du Phénix, le trou noir central expulse la moitié de son énergie de la première façon, et l'autre moitié de la seconde façon. Ce qui pousse les astronomes à penser qu'il est en pleine «crise d'identité». En plus, les cavités les plus éloignées de lui n'ont pu être formées qu'avec des jaillissements.

Ce ne serait donc pas la première fois que le trou noir change de mode: il a d'abord utilisé la première méthode d'expulsion il y a environ 100 millions d'années, puis il a formé un quasar, avant de revenir à l'état précédent. Les scientifiques en ont déduit que cela pourrait expliquer les caractéristiques uniques de SPT-CLJ2344-4243.

En passant d'un mode à un autre, le trou noir a laissé le temps aux gaz de se refroidir fortement, ce qui a entraîné l'augmentation de la vitesse de formation des étoiles.  

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos