Gentside Découverte

1re observation: la naissance d'un système planétaire

1re

Le système planétaire en formation, en vue d'artiste. Capture d'écran Gentside

C'est une grande première! Une équipe d’astronomes de l’université britannique de Leeds est parvenue à étudier les régions internes d'un système planétaire en formation. Les observations ont été effectuées à l’aide du Very Large Telescope (VLT), de l’observatoire européen austral (ESO) situé dans le désert d'Atacama au nord du Chili.

Le système en question tourne autour de l’étoile HD 100546, environ mille fois plus jeune que notre Soleil et située à une distance de 325 années-lumière de la Terre. «Étant donnée la distance considérable qui nous sépare de l'étoile, c’est un peu comme regarder quelque chose qui a la taille d'une tête d'épingle à une distance de 100 kilomètres», a expliqué dans un communiqué René Oudmaijer, membre de l’équipe de recherche.

Un «sac amniotique» stellaire

Comme tous les autres astres de son genre, HD 100546 est née à  partir d’un nuage de gaz et de poussières dont la partie centrale s’est effondrée sur elle-même. 

À l’intérieur de la partie restante de sa nébuleuse, la matière s’est condensée pour former un disque. Les astronomes l’appellent «disque protoplanétaire» et le décrivent comme une sorte de «sac amniotique» stellaire.

Il représente un grand intérêt, car c’est dans cette région que se forment les planètes. Et il est d’autant plus captivant que l’étoile en est à ses tout premiers stades d'évolution. Son observation revient donc à observer la naissance d'un système planétaire. 

Leurs résultats, publiés récemment dans la revue Monthly Notices, suggèrent d'ailleurs l’existence d’au moins une planète dans le disque protoplanétaire d’HD 100546.

En témoigne un immense espace vide dans le disque protoplanétaire. Cette région, complètement dépourvue de matière, indique la présence d’une, ou plusieurs, planète(s) en train de tracer leur orbite dans le nuage de gaz et de poussière.

Les planètes, plus précoces qu'on ne le pensait

Les chercheurs ont été surpris de constater que la ou les planètes étai(en)t apparue(s) alors que l'étoile elle-même était encore en cours de formation. «Nous pensions que les étoiles se formaient d'abord, puis les planètes», a indiqué René Oudmaijer à IFLScience.

Le temps de formation est encore inconnu, mais les chercheurs pensent qu’il pourrait s’agir d’un processus plus rapide que ce qui était estimé jusqu’à présent. Les astronomes veulent maintenant savoir si ce qui se passe dans ce système est typique des autres systèmes planétaires, comme le nôtre.

Si tel est le cas, ils pourraient être amenés à réviser leurs estimations sur la rapidité avec laquelle les planètes se sont formées dans notre système solaire.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos