Gentside Découverte

Que faire pour empêcher l'impact d'un astéroïde?

Que

Représentation de l'impact d’un astéroïde. Capture d'écran Gentside

Les astronomes les appelle les Near Earth Objects, ou NEO, littéralement «objets proches de la Terre». Il s'agit de comètes ou d'astéroïdes qui ont été repoussés par l'attraction gravitationnelle de planètes, jusqu'à acquérir une orbite qui les font passer dans le voisinage de la Terre, et qui pourrait donc représenter une menace pour cette dernière.

Selon Detlef Koschny, chef de secteur NEO à l’Agence spatiale européenne (ESA), il y aurait 500 objets de ce type potentiellement dangereux. «Ils pourraient, dans un délai de 100 ans, éventuellement toucher la Terre», a-t-il ainsi fait savoir. Mais les scientifiques ne se contentent pas de les surveiller de près, ils envisagent aussi des mesures à mettre en place si un NEO s'apprêtait effectivement à percuter la Terre.

Lors de la Conférence sur la défense planétaire tenue la semaine dernière en Italie, les experts de l’ESA ont ainsi dévoilé les grandes lignes de l’Asteroid Impact Mission (AIM) destinée à protéger la Terre contre la menace d’astéroïdes.

Deux solutions envisageables

Rassurez vous, la probabilité qu’un impact ait réellement lieu est très faible avec pour «certains cas, un sur un million». Toutefois mieux vaut-il être préparé en cas d’éventualités. L’ESA travaille donc de concert avec la NASA au suivi des NEO et au développement de techniques capables de dévier un astéroïde.

«Nous suivons leurs trajectoires, nous essayons de prévoir ce qu'elles pourraient être et si elles représentent éventuellement un risque. En cas de danger réel, nous avons deux solutions actuellement envisageables», a expliqué Detlef Koschny. La première est surnommé «l'accident de circulation cosmique».

«Imaginez un véhicule, qui est l'astéroïde, puis un autre véhicule, qui est notre outil, qui le tamponne et le repousse de sa trajectoire. À force de le repousser petit à  petit, on parviendrait probablement à  le dévier de la Terre», a détaillé le spécialiste. Quant à la deuxième solution, il s’agirait de détruire complètement l’astéroïde.

Pour ce faire, les astrophysiciens envisagent une explosion nucléaire. «Nous allons probablement vers des satellites autoguidés par une caméra, car nous n'aurions pas le temps de les diriger depuis la Terre», a développé le scientifique. En effet, l’explosion doit prendre pour cible un objet spatiale se déplaçant à  très grande vitesse (environ 10 kilomètres par seconde).

Des astéroïdes à détecter

«La défense planétaire était un hobby il y a dix ans. Aujourd'hui, c'est devenu une préoccupation globale», a indiqué William Ailor, coprésident de la Conférence. Depuis plusieurs années, les scientifiques s'appliquent à détecter les astéroïdes qui pourraient menacer la Terre. Or, si 95 % des astéroïdes de grande taille (plus d'un kilomètre de diamètre) potentiellement dangereux ont été détectés, la situation se corse pour les plus petits.

Selon un bilan dévoilé fin 2014, la NASA n'aurait identifié qu'environ 10 % des objets de petite taille pouvant représenter un danger. Ceux-ci sont pourtant capables de faire de nombreux dégâts comme en a témoigné l'incident survenu à Tcheliabinsk en Russie en février 2013. Pour protéger la Terre, de nouveaux programmes de détection ont été lancés depuis cet évènement. 

Parallèlement, les scientifiques vont également lancer plusieurs missions destinées à tester l'efficacité des solutions envisagées pour contrer un astéroïde. La mission AIDA par exemple, sera initiée à l'horizon 2022 et visera à envoyer un vaisseau s'écraser sur l'un de ces objets afin de voir comment il réagit.

Aussi sur Canoe.ca:



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos