Comment une explosion nucléaire peut-elle être détectée?

Possible

Explosion nucléaire ayant eu lieu en 1971 à Mururoa, l'un des deux atolls de Polynésie française.Photo AFP

WASHINGTON - La Corée du Nord a annoncé son intention de procéder à un troisième essai nucléaire et la communauté internationale est mobilisée pour détecter l'explosion avec une panoplie de moyens scientifiques.

Après la détection par l'étranger du premier essai en 2006, Pyongyang avait effectué celui de 2009 très en profondeur dans le sous-sol pour dissimuler davantage la détonation. Les analystes estiment que Pyongyang devrait essayer de rendre la prochaine explosion encore moins détectable.

Déjà, quelque 270 observatoires et laboratoires dans le monde surveillent l'activité sismique et autre dans le cadre du traité de l'ONU de 1996 sur l'interdiction des essais nucléaires.

Voici quatre façons de détecter et de confirmer qu'une explosion nucléaire est survenue.

Détection sismique

Les sismographes sont la technique la plus sûre et la plus rapide pour détecter un essai nucléaire. Les ondes sismiques voyagent à la vitesse d'environ 8 km par seconde et celles d'un essai nord-coréen seraient rapidement détectées par les sismographes en Corée du Sud et au Japon.

Dans le monde, le nombre de stations sismographiques certifiées internationalement est passé de trois en 2000 à 264 en 2011, couvrant 90% de la surface du globe, selon l'Académie des sciences américaine.

Le seuil de détection a en outre été abaissé, permettant aux centres régionaux de traquer une puissance de 0,02 kilotonne. À titre de comparaison, l'essai nord-coréen de 2009, qui avait déclenché une secousse de magnitude 4,5, avait une puissance estimée de quelques kilotonnes.

Les radio-isotopes

La détection des atomes radio-isotopes (ou radio nucléides) consiste à «sentir» les produits fissiles qui se sont échappés du sous-sol ou ont été relâchés à l'air libre lors d'une explosion nucléaire. Les scientifiques peuvent ensuite utiliser un modèle de transport atmosphérique pour déterminer l'origine de ces atomes et prévoir la destination d'un éventuel nuage radioactif.

Cette technique est utilisée plusieurs jours après un essai nucléaire et permet de confirmer qu'il s'agit bien d'une explosion atomique.

Les détecteurs infrasons

Indétectables par l'oreille humaine, les infrasons sont des ondes dont les fréquences sont inférieures à 10 hertz, comme celles qui sont produites par des explosions, y compris souterraines. Selon l'Académie des sciences américaine, 80% de la surface du globe est couverte par des détecteurs d'infrasons. Un signal faible avait été repéré lors de l'essai nord-coréen de 2009.

La technologie hydro-acoustique permet aussi «d'entendre» des explosions situées en mer ou près d'une étendue d'eau. Des détecteurs peuvent percevoir une explosion en mer de 0,001 kilotonne sur la plupart des océans du globe.

Avions et satellites

L'armée de l'Air américaine dispose d'un avion WC-135 capable de repérer les débris radioactifs provenant d'explosions nucléaires. Les États-Unis ont aussi des satellites capables de détecter l'essai d'une arme atomique.

D'autres pays disposent de capacités de détection, comme la Russie, le Japon et la Corée du Sud.


Vidéos

Photos