L'ASC serait «en train de mourir»

Longueuil

L'astronaute canadien Chris Hadfield.Photo Robert Côté / Agence QMI


Annie Dufour

OTTAWA - L'Agence spatiale canadienne (ASC) serait en grande difficulté financière. Environ 700 emplois de ce fleuron québécois localisé à Longueuil seraient menacés.

Selon ce qu'a rapporté TVA Nouvelles, l'ASC serait «en train de mourir», faute d'argent et de soutien du gouvernement fédéral.

«Il y a lieu d'être très inquiet», a confirmé l'ancien astronaute québécois Marc Garneau, qui se souvient du plan stratégique présenté en 2009 par le président de l'Agence de l'époque, Steve MacLean, et qui constate que rien n'a vu le jour depuis.

«On n'est allés nulle part, ni sous (le ministre de l'Industrie Jim) Prentice, ni sous (le ministre Tony) Clement, ni sous (le ministre Christian) Paradis», a déploré Marc Garneau.

M. MacLean a démissionné de l'Agence spatiale internationale la semaine dernière et, selon plusieurs sources, «il en avait marre de ne pas voir ses projets aboutir».

Au sein de l'opposition au gouvernement conservateur, le NPD tire la sonnette d'alarme.

«On avait déjà remarqué qu'il y avait des pertes d'emplois et d'expertises, faute de développement et de signes clairs du gouvernement Harper, mais également à cause des compressions que l'Agence subit depuis plusieurs années», a indiqué la porte-parole du NPD en matière d'industrie, Hélène LeBlanc.

Dans le secteur privé, l'inquiétude est tout aussi palpable. Maryse Harvey, la vice-présidente de l'Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC), a expliqué qu'il était donc important de savoir «quelles sont les priorités du Canada en tant que pays développé en matière de technologies spatiales», afin de mieux anticiper le futur.

Le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, ne voit pas du tout l'avenir de l'ASC d'un mauvais œil. Il a reconnu que l'Agence devait faire des efforts, mais «ça ne veut pas dire que ça va s'en aller sur le déclin, a-t-il assuré. On peut faire mieux, être plus productifs avec les outils que l'on a. On est engagés à le faire comme gouvernement.»

L'ASC, qui est placée sous l'autorité du ministère canadien de l'Industrie, a été fondée en 1989. Agence de petite envergure, elle ne dispose pas d'un programme spatial, mais collabore à plusieurs grands projets spatiaux, comme la Station spatiale internationale.

La majorité des employés travaillent au Centre spatial John H. Chapman, situé à Longueuil. Mais elle dispose également de locaux à Ottawa et aux États-Unis, notamment à Cap Canaveral, en Floride.


Vidéos

Photos