Street View est-il une atteinte à la vie privée?

L'œil de Google sur Montréal - Street View est-il une atteinte à la vie privée?

Google a brouillé les visages et les plaques d’immatriculation.© Photos JdM

Mathieu Turbide

Des millions d'images à 360 degrés permettent, depuis hier, de voir des scènes de la plupart des rues des régions de Montréal et Québec sur les cartes virtuelles de Google Maps.

Le moindre coin de rue y passe et on peut même y voir un client sortir d'un sexshop.

Google Street View provoque la controverse partout où le service est implanté.

Aux États-Unis, en 2007, des gens s'étaient plaints d'avoir été photographiés à leur insu.

D'autres reprochaient à Google d'avoir montré des images où on voyait l'intérieur de leurs maisons.

Certaines situations peuvent potentiellement poser plus de problèmes que d’autres. On voit ici, par exemple, un homme sortir d’un sexshop de la rue Sainte-Catherine.

Au Canada, les images publiées depuis hier matin par Street View ne montrent pas les visages et les plaques d'immatriculation, qui ont été brouillés.

Déjà, sur des blogues et des forums de discussion, des internautes cherchaient hier des images inusitées ou potentiellement compromettantes.

Par exemple, sans avoir eu à chercher très longtemps, Le Journal a pu trouver une image où on voit assez clairement un homme sortir d'une boutique érotique de la rue Sainte-Catherine.

Un faux problème

Vincent Gautrais

Est-ce la venue de Big Brother parmi nous? Absolument pas, répond le professeur Vincent Gautrais, de l'Université de Montréal, titulaire de la Chaire d'excellence de l'Université de Montréal en droit de la sécurité et des affaires électroniques.

«C'est comme pour la grippe A(H1N1). Il y a un fantasme énorme. C'est un faux problème. C'en est devenu un mythe urbain. On imagine toujours la photo de la personne qu'on pourrait identifier et qui sort de chez sa maîtresse, mais c'est pratiquement impossible», soutient-il.

M. Gautrais admet qu'il est normal qu'on se préoccupe des questions de vie privée, mais à son avis, rien dans les images de Google Street View de permet réellement d'identifier les personnes.

À son avis, il y a dans Internet des problèmes de vie privée et de sécurité qui sont bien plus importants et graves que celui-là.

«Et il y en a des tonnes. Des sites qui ne sont pas sécurisés, des données personnelles qui sont publiées, des gens du gouvernement qui ont accès aux données et tous les cas de fraudes. Ces problèmes-là, on les voit moins et on en parle moins. Or, moi, la lumière ne me fait pas peur. Ce qui me fait peur, c'est l'opaque», conclut le professeur.

* * *

Les images de Google Street View ont été captées par des caméras installées sur le toit de voitures qui ont circulé dans les rues de la région de Montréal au printemps dernier.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et la Commission des droits de la personne du Québec avaient émis des réserves lorsque les autos de Google ont commencé à capter des images. Ils avaient notamment demandé à Google d'avertir à l'avance les citoyens des rues qui seraient filmées. Google a refusé.

Il est possible de demander à Google de retirer une image.


Vidéos

Photos