Facebook n'était que le début pour Stoddart

Réseautage social et vie privée - Facebook n'était que le début pour Stoddart

la Commissaire à la protection de la vie privée du Canada, Jennifer Stoddart.© La Presse Canadienne/Adrian Wyld


Sun Media - Elizabeth Thompson

Maintenant que la Commissaire à la protection de la vie privée du Canada a fait la paix avec Facebook, elle a l’intention de scruter le fonctionnement d’autres sites de réseautage en ligne pour voir s’ils adhérent aux lois qui régissent la vie privée des Canadiens.

Lors d’un point de presse, la commissaire Jennifer Stoddart a révélé que son bureau était également en train d’examiner les pratiques d’autres sites populaires.

«Depuis quelque temps, nous examinons d’autres sites, pas dans le cadre d’une enquête mais de façon analytique», a-t-elle déclaré en précisant que Facebook avait fait des changements pour se conformer aux exigences qu’elle avait prescrites.

Le bureau de la Commissaire à la protection de la vie privée doit d’ailleurs publier un rapport dans les semaines à venir qui exposera les pratiques de divers sites Web et les effets de celles-ci sur la vie privée des Canadiens.

Sans le nommer, Mme Stoddart a confirmé qu’un autre site de réseautage en ligne avais pris contact avec son bureau pour discuter de ses pratiques et de leur conformité ou non aux lois sur la vie privée canadiennes.

Il y a cinq semaines, Mme Stoddart avait jugé que les politiques de Facebook contrevenaient aux lois canadiennes en matière de protection de la vie privée. Elle avait donné un délai de 30 jours à cette compagnie pour s’y conformer.

L’une de ses principales préoccupations portait sur le transfert des renseignements personnels des usagers à un million de tierces parties qui mettent au point des jeux et des concours pour le compte de Facebook.

Bien que Mme Stoddart en ait été l’instigatrice, les changements proposés qui seront mis en vigueur au courant de l’année toucheront les 200 millions d’usagers de Facebook à travers le monde.

Une fois que ces changements auront été mis en exécution, les internautes seront mieux informés sur l’usage que fait Facebook de leurs renseignements personnels. Ils pourront aussi davantage contrôler le genre de renseignements auxquels les tierces parties auront accès.

Il sera également énoncé plus clairement qu’en déactivant un compte Facebook, cette information reste néanmoins stockée en mémoire parfois pendant des années. Et que pour quitter Facebook de façon définitive, les internautes doivent supprimer leur compte d’usager.

Les responsables de Facebook ont indiqué qu’ils avaient hâte de mettre les changements proposés en application. Ils n’ont pu donner une idée des coûts de cette entreprise.

Mme Stoddart a également fait une mise en garde aux adeptes de Facebook. Pour protéger leurs renseignements personnels, elle leur a fortement conseillé de lire attentivement les politiques des sites Web en matière de protection de la vie privée.


Vidéos

Photos