La Chine refuse toujours de débloquer certains sites Web

Censure d'Internet - La Chine refuse toujours de débloquer certains sites Web

Des journalistes étrangers se servent des services Internet fournis au centre de presse principal des Jeux à Beijing.© Oded Balilty / Associated Press


Yvon Laporte

Les Jeux de Pékin sont en cours depuis quelques jours, mais le gouvernement chinois persiste toujours à bloquer certains sites Web. Les journalistes présents à Pékin pour la couverture des Jeux rapportent que plusieurs sites ont été débloqués une dizaine de jours avant le début des compétitions, mais que plusieurs demeurent inaccessibles. C’est le cas des sites qui font référence à tout ce qui touche le Tibet, le Dalaï-Lama, Taiwan et le massacre survenu à la Place Tiananmen.

Wang Wei, vice-président directeur du comité olympique organisateur, a expliqué que les sites bloqués menaçaient la sécurité nationale et pouvaient être néfastes pour la jeunesse chinoise: «Comme dans n’importe quel autre pays, il y a certaines limitations. Cela dit, je crois que l’accès à Internet est suffisant pour permettre à tous les médias de bien couvrir les jeux».

Pour sa part, Giselle Davies, porte-parole du Comité international olympique (CIO), croit que la pression doit être continuelle sur le gouvernement chinois: «Il est important que les journalistes fassent pression auprès des responsables pour obtenir le libre accès à tous les sites web requis pour leur travail. Il faut maintenir la pression».

Pour sa part, Jacques Rogue, le président du CIO, a indiqué que ce dossier serait étudié plus en profondeur à la fin des Jeux et qu’un rapport sur la question sera publié. Dans une entrevue il y a quelques jours, M. Rogue s’était montré critique envers le gouvernement chinois: «En principe, personne n’aurait dû avoir de problèmes avec Internet. Cela dit, je n’ai pas l’intention de m’excuser pour ça, puisque ce n’est pas le CIO qui est responsable d’Internet en Chine».

Une lutte semble donc engagée entre la Chine et Internet. Certains spécialistes de la question soulignent que la Chine n’est pas le seul pays asiatique à utiliser des filtres sur Internet. Depuis les cinq dernières années, plusieurs autres pays asiatiques auraient commencé à bloquer des informations pendant des périodes plus ou moins longues.


Vidéos

Photos