Les utilisateurs de Facebook coûtent des milliards à leurs employeurs

Internet au travail - Les utilisateurs de Facebook coûtent des milliards à leurs employeurs


d'après Reuters

CANBERRA – Les employés d’entreprises qui sont des utilisateurs du site Internet de réseautage social Facebook pourraient coûter à leurs employeurs des milliards de dollars en perte de productivité, révèle aujourd’hui une analyse effectuée par une firme australienne de sécurité Internet.

L’immense popularité de Facebook en Australie reflète bien la toute nouvelle tendance au réseautage sur le Web, alors que plus de 230 000 Australiens sont déjà membres du site et qu’on y fait état de l’ajout quotidien de plus d’une centaine de nouveaux utilisateurs.

La firme de sécurité Internet SurfControl s’est penchée sur le phénomène et a estimé que les employés australiens qui gardent un œil constant sur leur page de profil Facebook coûtent à leurs employeurs jusqu’à 5G$AU par année.

«Les gens adorent se rendre sur Facebook pour dire à leurs contacts ce qu’ils font à tout moment et quelles sont leurs pensées à l’instant précis où ils s’ouvrent une session», a dit le président de SurfControl, Richard Cullen, à la radio australienne.

«C’est si interactif que les internautes développent l’habitude irrépressible de consulter constamment leurs groupes sur Facebook.»

Facebook permet à des amis de garder le contact, de publier des photos et de suivre faits, gestes et états d’âme des autres membres de la communauté. Le site permet également aux gens de rencontrer d’autres personnes et de former de nouveaux réseaux sociaux.

M. Cullen a dit que les résultats de l’analyse se basent sur l’utilisation typique d’un membre de Facebook qui bénéficie d’un revenu moyen et qui consacre environ une heure par jour en ligne. L’analyse a ensuite calculé le coût qui incomberait aux entreprises si un employé de chaque organisation passait une heure sur Facebook au lieu de travailler.

«Nous sommes arrivés aux chiffre impressionnant de 5G$AU», explique-t-il.

Selon M. Cullen, interdire l’accès à Facebook au travail ne se veut pas nécessairement la meilleure solution pour lutter contre cette perte de productivité, puisque le site encourage l’interaction sociale, ce qui aide les employés à garder le sourire tout en travailler plus d’heures.


Vidéos

Photos