Le gouvernement britannique souhaite obtenir le soutien des compagnies Internet

Lutte contre la cyber intimidation - Le gouvernement britannique souhaite obtenir le soutien des compagnies Internet

Tony Blair et le secrétaire à l’Éducation Alan Johnson.© AP - Kirsty Wigglesworth


D'après l'AFP

Le gouvernement britannique a révélé qu’il exhortera aujourd’hui les compagnies de services Internet à bloquer ou à supprimer des vidéos prises par des téléphones mobiles montrant des étudiants ou des enseignants dans des situations d’intimidation.

Le secrétaire à l’Éducation Alan Johnson prononcera un discours à Belfast au cours de la journée, soulignant aux compagnies Internet «qu’elles ont une responsabilité sociale et une obligation morale d’agir», selon des extraits du discours publiés par le ministère.

Une association d’enseignants britanniques a accueilli très favorablement la décision après avoir pressé le gouvernement de protéger ses membres contre des étudiants qui captent des vidéos inappropriées d’enseignants à l’aide de la caméra de leur téléphone mobile et les publient sur Internet.

M. Johnson expliquera également aux enseignants que ceux-ci disposeront de pouvoirs disciplinaires accrus à l’endroit des étudiants, comme celui de confisquer des téléphones cellulaires ou tout autre appareil d’un jeune qui s’en sert de façon nuisible au fonctionnement scolaire.

M. Johnson annoncera son approche à deux volets dans le cadre d’un discours qu’il prononcera à la conférence annuelle du National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT), le plus important syndicat d’enseignants en Grande-Bretagne.

«Sans l’approbation implicite qui existe actuellement en ligne et qui rassure les insécurités innées de l’intimidateur, ces sinistres activités n’auront pas le même intérêt», dira M. Johnson.

«J’en appelle donc aux compagnies fournissant des services à ces sites de prendre des mesures plus fermes pour bloquer ou supprimer des vidéos scolaires désobligeantes, de la même façon dont elles ont – heureusement d’ailleurs – procédé à l’égard de contenu pornographique», selon les extraits du discours.

«Le retrait de la plate-forme devrait enlever beaucoup d’attrait à ce genre d’activités.»

Mary Bousted, secrétaire générale du syndicat ATL (Association of Teachers and Lecturers), avait applaudi la semaine dernière la «réponse rapide» aux demandes placées auprès du gouvernement pour enrayer le phénomène croissant de la cyber intimidation.

Les délégués de l’ATL se sont fait raconter des histoires d’étudiants qui utilisent leur téléphone mobile pour prendre des photos sous les jupes des enseignantes. D’autres anecdotes de mauvais goût mettent en scène des enseignants dont on a baissé les pantalons en classe, le tout capté par la caméra d'un téléphone cellulaire.


Vidéos

Photos