Bulletin Techno

Apprenez les nouvelles dès qu'elles se produisent..


Adresse électronique :

Tous nos bulletins

Membres Canoe.ca


Web 2.0

Un phénomène en ligne qui fait des petits au Québec

Canoë  - Par Carl Charest
04/12/5000 04h00 - Mise à jour 04/12/2006 16

Web 2.0 - Un phénomène en ligne qui fait des petits au Québec
 

Il pleut des projets «Web 2.0» par les temps qui courent. Voilà un terme honni des programmeurs et intégrateurs, mais adulé par des pros du marketing assoiffés de dollars publicitaires.

Selon la définition que lui donne le site Wikipedia, lui-même champion du Web 2.0 : « Les partisans de l'approche Web 2.0 pensent que l'utilisation du Web s'oriente de plus en plus vers l'interaction entre les utilisateurs et la création de réseaux sociaux rudimentaires, pouvant servir du contenu qui exploite les effets de réseau et ce, avec ou sans réel rendu visuel et interactif de pages Web. En ce sens, les sites Web 2.0 agissent plus comme des points de présence ou des portails Web centrés sur l'utilisateur, plutôt qu'à l’inverse. »

On constate que de nombreux projets préconisant cette approche sont en développement ou en voie d’être lancés au Québec. La firme Québécor donnera naissance sous peu à un portail de partage d'informations et de contenu sur sa nouvelle plateforme Espace Canoë, misant entre autres sur la force de la communauté existante de Réseau Contact - un portail également renouvelé à la manière Web 2.0 - pour créer un My Space québécois.

Le groupe Juste Pour Rire lançait lui aussi récemment un portail interactif. En effet, l'empire québécois de la blague propose un site d'humour où chaque jour, des vidéos d'humoristes célèbres et de jeunes comiques en herbe seront présentées sur Internet.

Capazoo, une communauté fondée par un Québécois, fera également sous peu ses débuts. Son fondateur, Michel Verville, a voulu créer une communauté qui se nourrit du matériel mis en ligne par ses utilisateurs, promettant à ces derniers une participation de 7% dans les profits générés, en guise de reconnaissance.

Plusieurs internautes indépendants ont aussi emboîté le pas pour profiter de la popularité du phénomène. Ainsi, une des plus célèbres podcasteuses québécoises, Marie Chantale Turgeon, lançait récemment le site Les étoiles du Web, une sorte de combinaison de Youtube et de My Space.

Deux projets de type Youtube ont d’ailleurs fait l’objet d’un lancement récent, soit Ton Clip et Ton Tuyau. Ce sont deux nouveaux portails québécois de partage de vidéos qui se veulent des versions locales du célèbre site américain.

Finalement, Telus a lancé une communauté de partage et de stockage de photos en ligne du genre Flickr, appelée Globetrotter.net Photo. Les internautes peuvent y télécharger jusqu’à un gigaoctet de photos numériques, dans le but de les archiver ou de les échanger avec leurs proches ou avec tous les membres de la communauté Internet.

Bref, après avoir séduit les États-Unis, le Web 2.0 frappe à notre porte. Reste à savoir s’il connaîtra ici le même succès qu’au pays de l’Oncle Sam.








[Autres cyberactualités]




  DANS TECHNO

Utilisation des photos de Rehtaeh