André Boily
Agence QMI

Nouvelles : on préfère de plus en plus WhatsApp à Facebook

Nouvelles : on préfère de plus en plus WhatsApp à Facebook

Pour les nouvelles, les lecteurs se déplacent de plus en plus vers WhatsApp

André Boily

Selon une récente étude, les abonnés aux réseaux sociaux sont de plus en plus nombreux à préférer WhatsApp pour lire et partager des nouvelles, une tendance qui s'effectue au détriment de Facebook.

Après un sondage qui démontrait fin mai que les adolescents avaient tendance à délaisser Facebook pour utiliser YouTube, Instagram et Snapchat, voilà qu'une nouvelle étude qui indique que Facebook est de moins en moins utilisée pour trouver et partager des nouvelles et que c'est la plateforme de messagerie WhatsApp qui remporte la faveur des utilisateurs.

Selon les données de l'étude de l'Institut Reuter de l'université d'Oxford, l'utilisation de Facebook aux États-Unis pour l'accès aux nouvelles a diminué de 9% entre 2017 et 2018, de ce nombre, la baisse atteint 20% chez les groupes les plus jeunes.

- 6 % d'un côté, + 4 % de l'autre

Globalement, la consommation moyenne de nouvelles sur Facebook a diminué de 6% depuis 2016, tandis que WhatsApp enregistre un gain de 4% sur cette même période. De leur côté, les nouvelles sur Instagram et Snapchat ont gagné 3 et 2% respectivement, précisent les auteurs de l'étude.

Cela dit, Facebook n'a rien à craindre de ce transfert puisque le groupe de l'empire de Mark Zuckerberg possède les plateformes WhatsApp et Instagram. Snapchat, propriété de Snap, génère son propre canal de nouvelles sur sa plateforme en donnant la priorité aux créateurs et éditeurs de contenus.

Parmi les raisons invoquées par les abonnés des services de WhatsApp, l'Institut Reuter dit que ceux-ci apprécient la nature privée des services de messagerie qui facilitent le partage et l'implication dans les nouvelles. Les abonnés de Facebook en revanche se sentent moins à l'aise vis-à-vis leurs réseaux d'amis toujours plus nombreux, donc moins enclin à utiliser la plateforme pour les nouvelles.

Avec une communauté connectée qui est encore à digérer les retombées du scandale Cambridge Analytica, les modifications apportées aux algorithmes pour trier et favoriser les «interactions sociales significatives» plutôt que les «contenus pertinents» restent encore trop récentes pour connaître leurs réels impacts.

Facebook veut de plus tester et implémenter des services de vidéos sur demande aux contenus de nouvelles.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos