André Boily
Agence QMI

YouTube doit faire le ménage dans les fausses vidéos, les arnaques et propagandes qui l'ont rendu riche.

YouTube doit faire le ménage dans les fausses vidéos, les arnaques et propagandes qui l'ont rendu riche.

Une capture d'écran tirée de YouTube

André Boily

Malheureusement chez YouTube, ce sont les vidéos les plus détestables qui attirent les publicités et, avec elles, les revenus publicitaires. La filiale du géant Alphabet doit abandonner son attitude de laisser-faire et faire le ménage ne sera pas chose facile.

L'année financière de YouTube, le populaire site de partage vidéo, n'a jamais été aussi reluisante, mais le contenu lui, au contraire, n'a jamais été aussi pourri pour ne pas dire nauséabond.

La quantité de vidéos de propagande, d'arnaques, de fausses vidéos, d'extrémistes ou d'humour à la limite de l'acceptable a atteint des sommets sur la plateforme selon un reportage de Bloomberg paru la semaine dernière.

L'agence de presse expose les défis qui attendent YouTube alors que les yeux sont tournés vers les scandales chez Facebook (Cambridge Analytica, ingérence russe, etc.).

À cause de la préférence donnée à certaines vidéos, des marques se sont retrouvées bien malgré elles à financer des groupes islamistes et suprémacistes avec leurs publicités aux côtés des vidéos de ces dangereux groupes.

À la recherche du difficile équilibre

De 2010 à 2013, la plateforme avait embauché le programmeur français Guillaume Chaslot qui avait développé des algorithmes permettant de satisfaire les utilisateurs avec des contenus qu'ils apprécient. Quand on terminait une vidéo, d'autres aux contenus similaires nous étaient présentés. Mais, avec le temps, les contenus bidon prenaient le dessus comme ceux qui croient que la Terre est plate ou ceux qui réfutent l'Holocauste. À partir de là, c'est le déluge de faux contenus les uns après les autres.

D'autres enquêtes ont révélé que les algorithmes de YouTube exposaient des vidéos les plus grotesques à des enfants.

YouTube, c'est comme une petite ville qui, avec la même infrastructure, est devenue trop grande. Et, sans doute à l'origine du long dérapage, la crise financière de 2008-10 où d'importantes coupes eurent lieu dans les effectifs des censeurs.

Depuis l'an dernier, YouTube est davantage plus prompt à réagir pour supprimer les contenus et les publicités louches et autres désinformations. Les modérateurs toujours plus nombreux «doivent balayer les pires vidéos en ligne : torture, bombes, pornographie. À cause de la nature des contenus, on leur recommande de ne pas travailler plus de deux heures à la fois. Un psychologue est disponible sur appel ainsi que des sessions de thérapie en groupe».

Définir ce qu'est qu'une vidéo publiable est très difficile, même pour des humains, et encore plus pour des algorithmes d'intelligence artificielle.

À ses débuts, YouTube avait pu trouver la mécanique pour déloger avec efficacité les copies de films qui violaient les droits d'auteur. On pense que les modérateurs pourront entraîner les machines pour dénicher les fausses informations et autres contenus non publiables. Le temps nous dira si les efforts de nettoyage porteront fruit.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos