André Boily
Agence QMI

Facebook et Google, l'appât du gain plus lourd que les principes moraux pendant les élections américaines

Facebook et Google, l'appât du gain plus lourd que les principes moraux pendant les élections américaines

Photo de Secure America Now sur Facebook

André Boily

Les récentes révélations concernant les achats de publicités par des groupes anti-immigration sur les réseaux sociaux mettent à mal les bonnes intentions et belles paroles des dirigeants de Facebook et Google. Si, d'un côté, ces derniers ont épousé des valeurs d'ouverture et de compassion sur toutes les tribunes pendant et après la campagne électorale, ils n'ont en revanche eu aucune difficulté à encaisser les revenus publicitaires de ces groupes, pire, on leur a fait la cour.

Pendant la campagne électorale américaine de 2016, les géants Google et Facebook n'ont eu aucun scrupule pour attirer les revenus publicitaires des pires groupes comme SAN (Secure America Now), révèle l'agence Bloomberg.

«Des pubs exécrables produites pour semer la haine dépensées à coups de millions de dollars ont aisément trouvé leur chemin sur les plateformes. Celles-ci n'étaient pas juste des pubs placées avec des mots populaires pour xénophobes, mais bien ciblées et testées avec amplement d'aide logistique de Google et Facebook. Ce premier a directement travaillé avec SAN pour améliorer la campagne publicitaire, tandis que le dernier a produit des tests de performance intensifs appelés « A/B Testing » pour voir si une vidéo verticale produirait plus d'impact.»

Plus tard, sur toutes les tribunes, les PDG ont décrié avec vigueur les ambitions anti-immigration de la nouvelle administration américaine.

Bref, ils sont nombreux à critiquer Mark Zuckerberg et Sundar Pichai ces jours-ci pour avoir dit le contraire de ce que leur machine respective faisait en coulisses.



Cliquez sur «J'aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos